Le Burmilla, un joli chassé-croisé

Le Burmilla est un peu la bêtise de Cambrai des chats : le croisement totalement inattendu entre une chatte burmese et un chinchilla. Le résultat a donné envie de conserver cette nouvelle race, au « tipping » et au caractère séduisants.


Les origines du Burmilla

A quoi tient une race ? A une porte laissée ouverte ! Alors que la baronne Miranda von Kirchberg avait acheté un persan silver chinchilla pour son mari, la femme de ménage laissa inopinément une porte ouverte.

Vous devinez la suite : le cadeau de sa femme, qui devait être castré le lendemain, honora la femelle en chaleur, qui se trouvait dans la pièce. La chatte répondant au nom de Fabergé était censée être croisée avec un autre burmese. Trop tard !

Naquit de ce chassé-croisé inopiné entre Fabergé et Sanquist, quatre chatons si jolis, qu’il ne fut plus question de castration. Ainsi le Burmilla vit-il le jour, très précisément le 11 septembre 1981. Aucun doute sur la paternité, la robe de ces quatre femelles était noire « silver shaded » comme le chinchilla.

Deux de ces chatons femelles, Galatea et Gemma, servirent de référence à la race. La baronne croisa Sanquist avec une autre chatte burmese : naquit Jacynth, le mâle nécessaire à la pérennisation de la race « burmilla », contraction de « burmese » et de « chinchilla ».




Deux petits chatons
Deux petits chatons

L’aspect du Burmilla

Pendant que la baronne se concentra sur la morphologie de la race avec son association Burmilla Association, une amie éleveuse Thérèse Clarke se concentra sur le « tipping » de la race, avec le Burmilla Cat Club.

« Nouvelle race » reconnue par le Livre Officiel des Origines Félines (LOOF), le Burmilla est de morphologie « asian » : autrement-dit d’origine anglaise, contrairement à ce que son nom peut indiquer. Et contrairement au Burmese américain, dont il est une race parfaitement distincte.

Le Burmilla est de type médioligne semi-foreign : il a de celui-là la tête légèrement arrondie et le corps bien musclé, mâtiné par celui-ci, d’un corps long et d’une ossature moyenne. De même, les pattes sont de longueur moyenne, bien proportionnées et terminées par des pattes arrondies.



Ses oreilles et ses yeux sont bien écartés, ces derniers se distinguant par leur forme toute ronde et leur couleur allant du jaune à l’or intense.
Quant à sa robe fine et soyeuse, elle se distingue par ce fameux « tipping », cette présence de la couleur à l’extrémité du poil : le Burmilla  présente des zones plus foncées sur le dos, les pattes, le masque et la queue. Surtout, son front arbore le dessin d’un « M ».

Le Burmilla peut être de « chocolate » à « tabby » (tigré), en passant par lilas (beige rosé pâle), sépia et brown tipped.  Dans tous les cas, le « tipping » est plus intense sur le dos, plus clair sur le flanc. Un tipping qui varie selon l’âge du chat, fonçant avec les années.

Pour tout savoir sur le Burmilla
Pour tout savoir sur le Burmilla

Le caractère du Burmilla

En-dehors d’honorer ses congénères, le Burmilla est quasi-fait pour prendre le thé. Ce chat domestique par excellence, est réputé doux et gentil. Et comme il aime prendre part à la conversation, il miaule régulièrement, mais sur un ton agréable.

A ses heures, il lui arrive aussi d’être joueur.

Le Burmilla au quotidien

Attention particulière

Dommage de laisser son poil soyeux sans brossage hebdomadaire. Lustrez-le aussi à l’aide d’un gant, il n’en sera que plus beau.




Alimentation

Le Burmilla est gourmand. Comme il ne tombe jamais malade, veillez à ne pas trop remplir sa gamelle.

Côté santé

Le Burmilla est de nature rustique : pas d’inconvénient de dégénérescence, comme avec d’autres races. Il garde une bonne vitalité toute sa vie.

Le prix d’un Burmilla

Le Burmilla se vend entre 750 et 1200 euros. Généralement autour de 900 euros, le mâle se vendant un peu plus cher que la femelle.

Pour que les formalités administratives ne soient pas un casse-tête, voici nos conseils avisés. Il faut veiller à ce que votre futur compagnon soit :

  • Tatoué ou pucé
  • Ait un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire (à noter : aucun vaccin n’est obligatoire)
  • Dispose d’une carte d’identification I-CAD
  • Ait une attestation de Pedigree
  • Le contrat de vente doit être signé en deux exemplaires pour sceller la vente.

Consultez ces autres articles sur les chats :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *