Chiens

Bouvier australien : une relation de fidélité avec les siens !

Le tempérament doux, l'intelligence et l'attachement au maître en font un chien de compagnie fantastique !

Issu d’un croisement avec le dingo sauvage des bushs, le Bouvier australien a toutes les qualités ataviques du gardien de troupeau : fidélité, dévouement, protection. Et de plus il est joueur avec les enfants ! Découvrons-le ensemble.

L’histoire du Bouvier australien

Il appartient à la race des chien de berger : son rôle était de conduire des troupeaux de bœufs et non de moutons.

Introduit en Australie par les Anglais au début du XIXe siècle, l’Australian cattle dog est issu de croisements sélectifs.

L’anglais Smithfield a d’abord été croisé avec le chien sauvage qu’est le dingo, cette sélection l’ayant elle-même été avec le Blue Merle Collie à poil doux, également appelé Colley allemand.

A son tour, cette sélection fut mêlée au dalmatien, en raison de la bonne relation de celui-ci avec les équidés et de son aptitude à protéger le domaine de son maître.

Aujourd’hui, ce bouvier est un chien de berger très apprécié. En Europe, il est encore assez rare.

L’aspect du Bouvier australien : robuste et compact

Il a un aspect très bien proportionné : de taille standard moyenne (environ 30 kg pour 50 cm pour un mâle, un peu plus de 20 kg et 40 cm pour une femelle), il dispose de membres bien droits et d’une tête assez grande.

Très musclé, il a le poil court et dur, de teinte rouge ou bleue, mouchetée ou non. Ses oreilles sont légèrement pointues et sa queue atteint le jarret.

bouvier australien
Chiot dans l’herbe

Il supporte très bien les températures rigoureuses. Son espérance de vie peut atteindre 15 ans, voire 20 ans s’il est bien traité.



  • Taille. Ce bouvier a une taille standard : mâle : entre 46 et 51 cm pour 20 à 30 kg, femelle : entre 43 et 48 cm pour 20 à 30 kg.
  • Oreilles. Elles sont de taille moyenne, plus petites que grandes, larges à la base, musclées, droites, moyennement pointues, ni en forme de cuillère ni en forme de chauve-souris.
  • Tête. Elle est forte, elle doit être en harmonie avec les autres proportions du chien et correspondre à sa forme générale.
  • Poil. Le manteau est lisse, double, avec un sous-poil court et épais. Le poil de couverture est épais, chaque poil est droit, dur et couché à plat, de façon à former une couche imperméable.
  • Queue. L’attache de la queue est modérément basse, prolongeant les contours de la croupe. Sa longueur lui permet d’atteindre approximativement le jarret.
  • Robe. Elle peut être bleue mouchetée. Des marques feu ou noires sont visibles sur la tête. Au niveau du museau, de la gorge, du poitrail et à l’intérieur des pattes, des marques couleur feu sont également visibles. Dans certains cas, la robe de ce bouvier peut être rouge truité. La robe est marquée par des taches rouges sur l’ensemble du corps.

Quelle est la race du chien de Mad Max ?

C’est un Bouvier australien au poil bleu qui joue dans le film Mad Max 2.

Bouvier australien à courte queue

Le type à courte queue mesure entre 43 et 51 cm et pèse entre 18 et 22 kg. Ce chien de travail est courageux, fidèle et dévoué. Vis-à-vis des étrangers, il est soupçonneux, mais non agressif. En revanche, en cas de provocation, il répondra !

Le caractère du Bouvier australien : très fidèle avec les siens

C’est un compagnon hors pair mais aussi un chien de garde : très fidèle, il défend de façon atavique les siens. Il est joueur et doux avec les enfants.

S’il n’est pas agressif, il retrouve le geste de mordre les mollets de ceux qu’il ne connaît pas, tout comme ses ancêtres talonnaient les bœufs : s’il n’a pas fait connaissance sur vos ordres, il redevient le gardien du troupeau !

De même avec d’autres animaux domestiques : il faut lui faire les présentations. Courageux, le bouvier a besoin de dépenser son énergie, faute à inventer par lui-même comment le faire, en élaguant les plantations ou le fil à linge.

En somme, l’Australian Cattledog est protecteur vis à vis des siens. C’est un excellent compagnon, qui n’aime ni la solitude, ni la ville.

L’élevage du Bouvier australien  : quel chien choisir et comment ?

Il comprend vite, mais a horreur de l’agressivité qui le rend craintif. Mieux vaut la patience, et de longues promenades dans la nature.

Avant d’acheter votre chien, il faut bien définir quelles sont vos envies, besoins, capacités et voir si elles correspondent au caractère de celui qui vous plaît. Ainsi, si vous habitez en appartement, le bouvier australien n’est pas fait pour vous, il y serait malheureux.

Au moment de l’achat, pensez à demander à l’éleveur des informations sur l‘état de santé du chiot ou de ses ascendants : problèmes physiques, maladies (dysplasie de la hanche ou des troubles oculaires…). Et quels sont évidemment ses grands traits de caractère.

Bouvier australien
Un bouvier australien dans la neige

Bouvier australien et solitude

Il n’apprécie pas la solitude. En plus d’être dynamique, il aime la vie de famille et s’il se retrouve seul à la maison, il peut angoisser. Affectueux, il aime son maître et si on ne lui accorde pas beaucoup d’attention, il peut faire quelques bêtises.

Si vous avez un appartement, sachez que c’est une race de chien malheureuse dans les espaces enclos. Ce chien aime être actif et, si vous êtes souvent absent, il ne sera pas bien. Il doit donc être entouré.

Comment dresser un Bouvier Australien ?

Son tempérament doux, l’intelligence et son fort sentiment d’attachement au maître, en font un fantastique chien de compagnie qui réagit positivement au dressage, malgré tout il reste un chien destiné à gouverner de très grands troupeaux. Avec de l’engagement et du dévouement, il deviendra un compagnon bien élevé.

  • Socialisez votre chien dès son plus jeune âge. La socialisation est essentielle dès l’enfance. Le chiot doit s’habituer à la présence d’étrangers, d’autres animaux et de situations inconnues, sans avoir de réactions inattendues et potentiellement dangereuses. Limitez les caresses des inconnus, qu’il risque de ne pas aimer. Quand il est encore un chiot, choisissez un endroit où il y a peu de monde et préférez le contact des chiens équilibrés et sociables, c’est mieux s’ils sont de la même race. Les expériences négatives, surtout au début, pourraient créer des peurs impossibles à corriger chez l’adulte.
  • Choisissez un entraînement basé sur les récompenses. Il est conseillé de l’éduquer avec la méthode des récompenses, qui prédispose à plus d’apprentissage et à de meilleurs résultats. Ce type de formation conditionnera son comportement, en favorisant les bonnes habitudes, grâce à l’utilisation du renforcement positif. Ne punissez pas les erreurs, et quand il exécute correctement un ordre, félicitez et récompensez-le avec une friandise (adaptée aux chiens et de qualité). La récompense reçue encouragera le chien à répéter l’ordre lorsqu’on le lui demandera, et à long terme, cela deviendra une habitude acquise.
  • Utilisez les commandes de manière cohérente. La communication avec votre chien doit être claire et cohérente. Un ordre doit correspondre à un seul mot, sinon vous risquez d’embrouiller votre chien et il ne comprendra pas ce que vous lui demandez. Il est préférable de toujours utiliser le même ton de voix, en utilisant le même volume et la même intonation. Ceci, combiné à des termes précis et bien formulés, fera en sorte que votre chien apprenne ce que vous voulez dire et réponde avec obéissance.
  • Prévoyez des sessions courtes et fréquentes. La constance est la base des résultats, mais les séances longues ne sont pas recommandées. Pratiquez des séances courtes de 15 à 20 minutes pour avoir toute son attention. Lors d’une longue session, l’intérêt de votre chien diminue et il devient improductif. À la fin de la séance, consacrez-lui du temps pour jouer ensemble. Cela lui donnera un stimulation positive qu’il va associer à l’entraînement, et il voudra le répéter.
  • Commencez par les commandes de base. Le début est la partie la plus difficile, car vous devez établir une connexion avec le chien pour lui communiquer ce que vous attendez de lui. Commencez par des ordres de base tels que « assis » ou « couché ». Attendez qu’il soit sur le point d’effectuer l’action désirée de lui-même, puis donnez-lui l’ordre et récompensez-le avec une friandise et des félicitations. Cette répétition lui permettra de mémoriser le lien commande-action et de comprendre qu’à chaque fois qu’il le fera, il sera récompensé.
  • Travaillez sur des commandes différentes. Une fois que vous avez consolidé les ordres de base, vous pouvez lui en apprendre de nouveaux. Pour rendre le dressage plus efficace, il est préférable de renforcer continuellement les ordres déjà appris.
  • Décomposez les commandes complexes en actions plus simples. Si l’objectif est de l’entraîner à effectuer des actions complexes, décomposez-les en séquences plus simples, puis combinez-les une fois qu’elles sont apprises. Par exemple, si vous voulez lui apprendre un parcours d’agilité, prenez le temps d’enseigner chaque partie du parcours, puis combinez les étapes. Il est préférable de lui montrer comment faire chaque étape et de le féliciter lorsqu’il réussit en le récompensant avec des friandises pour chiens.
  • Tenez compte du tempérament de la race. C’est un chien qui a envie d’apprendre et qui est bien préparé à le faire, mais il ne faut pas oublier ses origines. Les ancêtres de cette race de chien étaient utilisés pour garder des animaux. Il a donc tendance à adopter des comportements de berger, comme essayer de diriger des personnes ou des animaux, ce qui doit être contenu.
  • Anticipez les comportements innés des chiens de troupeau. La forte tendance à diriger les animaux et les personnes doit être freinée autant que possible afin de maintenir les rênes de la cohabitation.
    Vous devez bien connaître votre chien et ses habitudes. Si vous voyez des signes tels qu’aboyer ou renifler les talons d’une personne, interrompez-le et faites-lui comprendre que ce qu’il fait n’est pas admissible.
  • Décourager et interrompre le comportement grégaire. S’il montre des attitudes qui signalent l’arrivée d’un comportement indésirable, vous devez l’arrêter de manière claire et autoritaire pour lui faire comprendre que son comportement n’est pas acceptable. Un tel comportement ne doit pas être puni, mais seulement découragé. Vous devez respecter les instincts et le tempérament du chien.
  • Canaliser son énergie. S’il commence à manifester un comportement grégaire, vous pouvez également le distraire en jouant et en pratiquant une activité physique. Il a besoin d’être actif.

Bouvier australien jaunt avec une balle sur une pelouse

Le dressage d’un chien n’est pas une science exacte, malgré tous les efforts et le temps consacrés, et il peut arriver de ne pas obtenir les résultats escomptés. Dans ce cas, vous pouvez envisager une formation professionnelle.

Bouvier australien vs Berger australien

Le Bouvier et le Berger australien ont la même taille et pèse à peu près le même poids. Ces deux races ont un caractère calme et dynamique.

Ces chiens sont très actifs et ils s’épanouissent pleinement lorsqu’ils sont en contact avec leur famille. Le berger Australien et le bouvier Australien se ressemblent donc beaucoup.

Les chiots de Bouvier australien

Attention, pour vous protéger en tant qu’acheteur, il existe une réglementation stricte régissant l’acte de vente.

Si les 2 parents du chien ont un pedigree, le chien doit être inscrit au LOF (Livret des Origines Français) : exigez cette attestation ou la photocopie de la déclaration de la Saillie de la SCC.

Et dans tous les cas, demandez :

  • un acte de vente rédigé à l’écrit et signé par les 2 parties
  • un certificat d’identification (tatouage ou puce électronique)
  • le carnet de vaccination à jour et dûment signé par un vétérinaire

Vous pouvez acheter ou adopter un bouvier Australien directement dans un refuge.

Quel est le prix d’un Bouvier australien ?

Si vous achetez votre Bouvier en élevage, son prix sera compris entre 1 200 et 1 500 euros si le chiot est inscrit au LOF.

En refuge, le prix sera plus bas : entre 500 et 900 euros en moyenne.

Les races de chiens de berger et de bouvier

Pour en savoir plus sur les chiens de berger et de bouvier :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page