Maison & Jardin

Le bouturage : une technique pour multiplier facilement vos plantes

Le bouturage est l’une des techniques qui permet de multiplier des plantes en horticulture. Mais qu’est-ce que exactement le bouturage ? Comment procéder ? Et quelles sont les différentes techniques ? Vous trouverez des réponses à toutes ces questions dans cet article !

Qu’est-ce que le bouturage ?

Le bouturage est une technique de multiplication végétative. La multiplication des végétaux est obtenue grâce à un fragment d’une plante (par exemple : morceau de branche, racine) qui sera replanté.

Cette méthode n’est pas adaptée à toutes les plantes. Ainsi, pour les plantes difficiles à bouturer, il est préférable d’utiliser la technique du marcottage. Parmi les végétaux qui supportent bien le bouturage, on trouve :

  • les arbres à petits fruits (exemple: le grenadier, l’olivier, le figuier),
  • les arbustes (exemple: le buis, le rosier),
  • de nombreuses fleurs (exemple: l’hortensia, le géranium)
  • ou encore des plantes grimpantes (exemple: le chèvrefeuille, la vigne).

Le saviez vous ? Certains végétaux se multiplient naturellement ! C’est le cas du framboisier qui produit des drageons (bourgeons qui prennent naissance sur les racines).

Le bouturage est une technique très peu coûteuse et très simple à réaliser. Vous pourrez ainsi regarnir votre jardin et lui redonner de la vitalité en toute simplicité !

Comment procéder ?

Le procédé de base est le même pour toutes les plantes. Avec un sécateur propre, il faut couper un fragment de branche en bonne santé d’environ 15 à 20 centimètres. Si le sécateur est souillé, la bouture pourrait être contaminée et pourrait par conséquent produire une plante malade.

La coupure doit se faire juste en dessous d’un nœud afin que les racines puissent se développer plus facilement par la suite. Il faut ensuite retirer les feuilles au bas du rameau. La partie effeuillée pourra être mise en terre.

Bouturage : techniques et conseils pratiques
Bouturage : techniques et conseils pratiques

Quelles sont les différentes techniques de bouturage ?

Dans l’eau

Il faut couper un bout de branche saine d’environ 15 centimètres sous un nœud. Puis il faut retirer toutes les feuilles de la branche sauf deux ou trois sur la partie supérieure.

Ensuite, la tige devra être immergée dans l’eau dans un récipient (par exemple : vase, verre), et être placée dans un endroit chaud (environ 20 degrés). L’eau devra être changée tous les 10 jours. Si le bout de la branche sous l’eau devient noir et que les feuilles tombent, cela signifie que la bouture a échoué.



Sinon, dès que les racines se seront assez développées (environ trois centimètres), il sera temps de repiquer la bouture. Voici une liste non exhaustive des plantes qu’il est possible de bouturer dans l’eau : lierre, bégonia, menthe, datura, etc.

De bois sec/de bois dormant

En hiver, les feuilles des arbres tombent, leurs branches sont cassantes, et leur sève circule plus lentement. On dit alors que les arbres sont « dormants ». C’est à ce moment que cette technique de bouturage peut s’appliquer.

Il faut choisir des rameaux sains et droits et y couper des boutures de 20 centimètres de long. Ensuite, les boutures seront rassembler en botte (environ cinq fragments de branche) et enterrées au trois quart contre un mur (de préférence exposé au nord). Il est également possible de planter les rameaux individuellement.

Voici une liste non exhaustive des plantes qu’il est possible de bouturer avec cette méthode : rosier, hortensia, sureau, cornouiller, etc.

Bouturage : techniques et conseils pratiques
Bouturage : techniques et conseils pratiques

A l’étouffée

Ce n’est pas à proprement parlé une technique de bouturage mais plutôt une option que l’on peut appliquer aux autres méthodes.

Il s’agit simplement de recouvrir les boutures avec un objet transparent (par exemple : cloche en verre, sac de congélation) qui permettra de créer et de conserver une atmosphère humide autour de la bouture. L’avantage de cette option est que les racines se développent plus vite. L’inconvénient est qu’il ne faut pas oublier d’aérer les boutures, faute de quoi elles pourraient pourrir.

Quand pratiquer le bouturage ?

Le bouturage peut s’appliquer à de nombreuses plantes, et chaque végétal a ses spécificités. Renseignez vous au préalable sur celui vous souhaitez bouturer. Mais voici quelques conseils :

  • les œillets se bouturent en septembre
  • le bégonia se bouture en février/ mars
  • le camélia se bouture en juillet/ août
  • la passiflore se bouture en avril/ mai
  • les agrumes se bouturent généralement en août
  • le jasmin d’hiver se bouture en juin/ juillet

Pour en savoir plus

Vous aimez le jardinage ? La rédaction de Toutvert vous recommande ces articles : 

Marjorie Tourette

Née en novembre 1990 dans les Vosges, Marjorie est partie vivre à Nancy puis à Grenoble pour faire ses études. Elle a obtenu un Master en coopération internationale afin de pouvoir travailler dans le secteur associatif. A l’issu de ses études, elle a travaillé dans diverses organisations, notamment en lien avec le commerce équitable, le développement rural et la protection de l’environnement. Elle aime à croire que chacun à son échelle peut agir pour transformer nos modes de vie consuméristes en modes de vie plus durables.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer