Boutique bio Paris: le Retour à la Terre, une boutique qui en impose

By Pascale

Boutique bio Paris : après le XIe arrondissement et le quartier étudiant de Paris, le Retour à la Terre s’implante volontairement à deux pas des Champs Élysées, royaume des burgers.

Le nouveau défi de cette boutique bio: séduire la clientèle des décideurs!

Ceux qui fréquentent ce quartier parisien l’ont peut-être déjà oublié : le 87, rue de la Boétie était un G20 en état de dissuader d’y faire ses emplettes.

Changement radical de décor pour la boutique bio: les 300 mètres carrés s’ouvrent sur un nouveau  « Retour à la terre », troisième du nom à Paris.

« Nous avons besoin d’autres façons de produire que Bayer et Monsanto ! »  lance Catherine Chalom, gérante de ces trois Retour à la Terre parisiens.

Plus qu’une boutique bio, un choix de vie

Un pari fou : en 2008, cette mère de quatre enfants renonce à une prestigieuse carrière dans les affaires, pour se lancer dans la bio, ferme en Normandie comprise , « pour prouver qu’il n’y a pas besoin d’être fils d’agriculteur pour cela ».

Faire mentir les fausses évidences : en 2012, Le Retour à la Terre ouvre un deuxième magasin à côté du Panthéon, dans une ancienne dent creuse « sans vitrine », à la conquête d’une clientèle étudiante réputée fauchée.

Pari une fois de plus réussi, qui finance cette belle intrusion dans le quartier de décideurs « pas forcément convaincus par la bio ».

Inoculer la connaissance

Dès l’entrée, ce n’est volontairement pas le rayon des caisses qui se distingue, mais sur la droite, celui des sandwichs, plats et boissons à emporter : largement de quoi manger sur le pouce, selon les habitudes du quartier.

Et, puisque c’est encore de saison, les glaces et sorbets, dont la fameuse glace aux châtaignes d’Ardèche.

Sur la gauche, la charcuterie et les fromages à la coupe.

Au total pour cette boutique bio, ce sont 300 mètres carrés pour faire le plein de courses, manger sur le pouce, ou s’asseoir pour de la cuisine « maison », à l’Esperanza Café : une idée « vue à Nuremberg en Allemagne et chez Planet Organic au Royaume Uni.

Ceux qui font leurs achats et ceux qui se restaurent de notre cuisine maison se voient mutuellement. Nous ne servons pas seulement la bio comme un produit, mais comme de la connaissance ».

Du mobilier de bistrot « made in France pour la cohérence », et de quoi recharger son portable.

Exit l’huile de palme

Avec pour parrain Philippe Desbrosses, pionnier de la bio, Le Retour à la Terre fait le choix de la bio pour tous : « le chocolat est plus cher que dans les filières conventionnelles, mais nous avons tout une gamme de produits pour qu’il n’y ait pas d’exclus de la bio ».

Fruits et légumes bien sûr, vrac, conserves et produits surgelés, gourmandises et même brosses à dents à tête changeable, rien n’est oublié.

Mais certains produits sont bannis : « ici, pas de pomme Golden, même bio ». Mais l’interdiction totale est l’huile de palme : « les clients sont invités à surveiller les étiquettes, y compris celles du savon de Marseille, hélas désormais plus souvent à l’huile de palme que d’olive ». Haro sur l’huile de palme !

Le respect des saisons : le café aussi

« En septembre, c’est du café de Colombie et du Surinam ». Fin amateur de café, le mari de Catherine Chalom veille au grain : « Nous avons un torréfacteur situé à St Denis » pour du café toujours frais !

Quant à la clientèle, elle est en toute saison celle des touristes mais surtout des gens d’affaires du quartier : « sans oublier les gens qui y habitent ».

A la ronde, rares sont les commerces de bouche de proximité : « nous comptons sur un changement d’habitude. Acheter du pain à la coupe est nouveau ».

Le plus nouveau est de lâcher sa voiture, pour faire ses courses à pieds, dans une boutique bio où l’on trouve tout !

La rédaction de TOUTVERT vous conseille aussi :

Laisser un commentaire