Bien-être et santé

Basket : soyez un bon braqueur, c’est bon pour la santé

Étés-vous plutôt du style Tony Parker ou Cécile Dumerc ? On chausse les baskets et on vous dit tout sur le basket !

A ses origines, le basket était un sport d’hiver !

Littéralement, le « panier-balle » est né aux États-Unis dans le Massachusetts à la fin du XIXe siècle, de l’initiative du professeur d’éducation physique canadien James Naismith, de faire faire du sport en hiver à ses étudiants. Il riva deux cageots de pêche en hauteur à l’intérieur du gymnase, en souvenir du « Duck on a rock », le jeu de son enfance qui consistait à déloger une pierre plutôt qu’un canard, posée un rocher.

Ses étudiants de l’YMCA (l’ONG interconfessionnelle Young Men’s Christian Association), se prirent à ce jeu privilégiant l’adresse à la force. Ils ne furent pas les seuls. Le basket est devenu le deuxième sport collectif au monde derrière le football. En France, la FFBB est « la » Fédération qui engrange de façon constante un nombre croissant de licenciés (près de 500 000).

C’est à Montmartre en 1893, que se tint la toute première rencontre de basket sur le sol européen. Un sport rapidement mondialisé, mais dont les États-Unis conservent la suprématie : pour ce faire, la NBA en a recruté à l’étranger. Ainsi de Tony Parker, qui évolue pour le Spurs de San Antonio.

Basket : focus sur le moins violent des sports collectifs
Basket : focus sur le moins violent des sports collectifs

Les règles : simple, mais top chrono

Le basket oppose deux équipes de cinq joueurs, qui ont quatre fois dix minutes (les quart-temps) pour marquer le plus grand nombre de points, en faisant passer le ballon par l’arceau du camp adverse : un panier de 46 centimètres de diamètre et à 3m05 du sol.

Chaque panier rapporte 2 points, un panier au-delà de la ligne des trois points (6m25)… 3 points, un lancer-franc lors d’une faute adverse, 1 point. Le ballon se joue à une main, en dribblant obligatoirement pour se déplacer. Dès lors que le joueur prend la balle à deux mains, il doit tirer ou bien la passer.

Le basket est rapide : le joueur qui détient le ballon a moins de 5 secondes pour tirer, une équipe qui a le ballon dans sa zone arrière a 10 secondes pour le ramener dans sa zone avant, et ne peut garder le ballon plus de 24 secondes sans tirer.

Le plus crazy ? Le slam dunk, ce saut spectaculaire pour placer le ballon dans le panier. Une spécialité de Michael Jordan. La joie des youtubeurs.

Tout contact physique est  interdit. De même que de toucher le ballon avec un pied. En cas de faute d’un joueur, c’est le défenseur de celui-ci qui est sanctionné.



Le moins violent des sports collectifs

Peu de contre-indications, pas même d’âge, pour jouer au basket : à moins d’être cardiaque et/ou de souffrir de problèmes d’articulations avérés.

Au contraire, le basket fait travailler le système cardio-vasculaire et développe la musculature : les cuisses, les mollets et les épaules. Il fait aussi se tenir droit, et travailler en extension. Réellement, votre dos qui travaille en extension vous dit merci.

Le basket est en mode réflexe : il fait travailler la coordination et le coup d’œil.

Réactivité, mais pas de gestes en  force : les seules blessures connues sont les entorses et tendinites. Le contact physique est interdit : là, le risque de télescopage n’est tout de même pas totalement exclu. Il expose plus particulièrement les porteurs de lunettes, raison pour laquelle il existe des lunettes adaptées.

L’équipement nécessaire

La tenue ? Concentrez-vous sur vos pieds : n’économisez jamais sur une paire de chaussures, ni sur les chaussettes. Rognez plutôt sur le polo. Shorts et polos amples, de marque strictement sans aucune importance.

Le handibasket

Au fait, si vous êtes en fauteuil roulant ? Le handibasket est l’un des handisports les plus anciens. Après avoir permis la rééducation de soldats au lendemain de la Seconde guerre mondiale, le handibasket est l’un des sports pour lequel il est aisé de trouver un club.

C’est l’exemple du parcours de Sofyane Mehiaoui, handibasketteur français atteint de la poliomyélite enfant, devenu joueur professionnel : en Italie, où les handibasketteurs sont rétribués, comme les autres braqueurs.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à consulter ces autres articles sur le sport :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer