Bien-être et santéfeatured

L’apnée du sommeil, en avez-vous conscience ?

L’apnée du sommeil touche plus d’un million de français. Souvent, c’est le conjoint qui s’en aperçoit. Comment savoir que l’on souffre de cette maladie chronique, susceptible faute de traitements, de complications cardio-vasculaires ?

Apnée du sommeil : définition

L’apnée du sommeil ou syndrome d’apnées–hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est l’arrêt (apnée) ou une réduction (hypopnée) involontaires de la respiration pendant le sommeil.

Une apnée du sommeil dure plus de dix secondes et peut durer jusqu’à trente secondes : privé de sommeil, le cerveau réagit. Ce sont les micro-éveils, pour reprendre sa respiration.

Cette maladie peut survenir plusieurs fois par nuit, à un rythme variable. Elle est considérée comme légère entre cinq et quinze apnées par heure, modérée entre seize et trente apnées par heure, grave lorsqu’elle se produit plus de trente fois par heure.

Apnée du sommeil : cause

Pendant le sommeil, les muscles se relâchent. Ainsi de ceux de la gorge et la langue. Le relâchement excessif de ces muscles empêche le passage de l’air. C’est le cas chez les personnes âgées, aux muscles devenus moins toniques. Mais l’apnée du sommeil peut également toucher les personnes en situation d’obésité, la graisse diminuant le diamètre des voies respiratoires.

Apnée du sommeil : une maladie chronique
Apnée du sommeil : une maladie chronique

L’obstruction des voies respiratoires représente la majorité des cas. Plus rares sont les cas d’apnées, où le cerveau cesse de donner l’ordre de respirer aux voies respiratoires. Cette apnée du sommeil centrale est généralement corrélée à une pathologie sévère, insuffisance cardiaque ou maladie neurologique (maladie de Parkinson, méningite).

Apnée du sommeil : symptômes

Fatigue au réveil, maux de tête, somnolence pendant la journée doivent alerter : la perte de la qualité du sommeil due aux apnées nocturnes engendre une somnolence et, de façon caractéristique, des endormissements incontrôlables. Autres signes de possibles apnées du sommeil, une difficulté à se concentrer, des troubles de mémoire, une humeur instable.

La baisse de la vigilance due aux apnées du sommeil augmente le risque d’accident au volant, mais aussi d’accidents au travail. A terme et faute de traitement, l’apnée du sommeil expose au risque de mortalité cardiovasculaire.

Dans la majorité des cas, les apnées sont dues à un relâchement de la langue et des muscles de la gorge, qui ne sont pas assez toniques et bloquent le passage de l’air lors de la respiration. Ainsi, la personne tente de respirer, mais l’air ne circule pas à cause de l’obstruction des voies respiratoires.



Surtout les seniors

Si vous êtes un homme qui a cessé d’être jeune et qui est devenu un peu trop rond, vous entrez dans la catégorie des apnéiques potentiels. De surcroît, si vous fumez et levez un peu le coude avec l’alcool. En effet, l’apnée du sommeil touche en priorité les personnes en situation d’obésité, les personnes de plus de soixante ans, et les hommes.

Dans une moindre mesure, l’apnée du sommeil peut être due à une maladie chronique ou bien à du diabète de type 2.

Apnée du sommeil : traitement

En cas d’apnées du sommeil, la position pour dormir est importante : dormir sur le côté limite le risque d’obstruction des voies aériennes. Pour rester dans cette position toute la nuit, se caler un oreiller dans le dos évite de se retourner.

L’hygiène de vie est évidemment primordiale, pour réduire les apnées du sommeil : si vous êtes en surcharge pondérale, perdre du poids et pratiquer une activité physique s’imposent. Arrêter de fumer également, la fumée irritant les voies respiratoires.

Mieux vaut également se préparer à un sommeil réparateur (éviter les excitants, le café, l’alcool, voire les écrans de télévision et d’ordinateur), et bannir les sédatifs, qui relâchent les muscles de la gorge.

Cette maladie fait évidemment l’objet d’un suivi médical : respectez scrupuleusement les conseils et consignes, de manière à en finir ou à éviter les complications liées à une apnée du sommeil.

Apnée du sommeil : risques cardiovasculaires

L’apnée du sommeil empêche une bonne oxygénation du sang. Pour compenser ce manque d’oxygène, le cœur travaille plus qu’il ne le devrait. Il fatigue, justement à l’âge où il devrait être entretenu. Conséquences, hypertension et risques cardiovasculaires (angine de poitrine, infarctus).

Les deux risques majeurs de l’année du sommeil sont le risque cardio-vasculaire, et celui de l’accident de la route, ce dernier multiplié par sept en raison de la baisse de vigilance et des endormissements diurnes incontrôlables.

Apnée du sommeil : une maladie chronique
Apnée du sommeil : une maladie chronique

Apnée du sommeil : appareil

Selon son degré de gravité, cette maladie chronique fait l’objet de deux appareillages différents : mécanique, le propulseur mandibulaire positionne le maxillaire inférieur vers l’avant, de façon à ce que la langue ne puisse plus obstruer les voies aériennes.

En cas d’apnées sévères, la ventilation nocturne se fait par PPC (Pression positive continue), au moyen d’un masque relié à un appareil qui envoie une légère surpression dans les voies respiratoires. La contrainte du port d’un masque pour dormir est compensée par la recherche du meilleur confort possible.

La chirurgie reste l’ultime recours, et ne s’applique pas à tous les cas.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à consulter les articles suivants :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer