L’Anticafé : un lieu où travailler et boire un café sans gêner !

Vous faites du télétravail mais souhaitez garder un contact avec des professionnels ? Vous êtes un nouvel entrepreneur et n’avez pas de locaux ? Vous êtes étudiant et avez besoin d’un lieu où travailler en groupe ? L’Anticafé peut vous apporter la solution !

En 2013, Leonid Goncharov ouvre le premier Anticafé à Paris, car il souhaite proposer un lieu où ceux qui souhaitent travailler tranquillement ne se verront plus délogés après avoir fini leur café. Le concept est simple : faire payer les clients à l’heure et non à la consommation, de sorte qu’ils puissent rester le temps dont ils ont besoin sans culpabiliser ni gêner les autres clients !


INTÉRESSANT : Le télétravail, une solution pour réduire les émissions de CO2 ?

Rue Quincampoix ouvre le premier Anticafé : tout y est pensé pour accueillir au mieux les travailleurs dans un cadre de bureau agréable. Tout d’abord l’espace est aménageable et modulable selon les besoins (possibilité de s’isoler ou au contraire d’échanger, voire de tenir un groupe de travail). Le tarif est dégressif : la première heure est facturée 5€ et les suivantes sont moins chères. Un équipement bureautique est également à disposition gracieusement : scanner, imprimante, fax… Inutile donc que chaque télétravailleur ait son propre équipement à la maison !

L'Anticafé : un lieu où travailler et boire un café sans gêner !
L’Anticafé : un lieu où travailler et boire un café sans gêner !

Côté cuisine aussi, l’Anticafé se démarque. Si à son ouverte, le contenu de l’assiette n’était pas sa priorité, ceci a bien changé. On y trouve thés, cafés, jus de fruits frais et des petits snacks qui s’ils ne sont pas cuisinés sur place sont mijotés par un chef qui utilise des produits locaux (dans un rayon de 40km), de saison et dans le respect de la planète.




A LIRE : A quand les bureaux éco-responsables généralisés ?

Leonid Goncharov explique qu’il a « voulu créer un refuge dans la ville, un espace que les gens peuvent se réapproprier ». En 2 ans, il a ouvert 3 autres anticafés (2 à Paris et 1 à Rome). Le concept fonctionne très bien, la demande est là ! Il ambitionne d’ouvrir une cinquantaine d’enseignes sous franchise dès janvier 2016. Sa volonté est d’exporter son idée tout en laissant une certaine latitude aux franchisés pour qu’ils apportent leur identité tout en conservant l’âme de l’anticafé !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *