Animaux de compagnie

Les animaux de la ferme, tout un monde à découvrir

La belle campagne

Veaux, vaches, cochons, nous avons l’impression de les connaître depuis les comptines de notre enfance. Les animaux de la ferme valent pourtant mieux que cela, tant ils font partie de notre Histoire et de notre compréhension d’une partie de notre époque.

Histoire des animaux de la ferme

On les appelait des “bories” dans le sud de la France, des “cense” dans le Nord. Venu d’Angleterre où il était utilisé depuis le XVIIème siècle, le terme de ferme fut adopté en France avec la Révolution française, qui mit fin à la propriété par les seigneuries.

C’est par extension du nom donné au contrat entre un propriétaire et celui qui exploite un domaine moyennant une redevance, que la ferme a désigné cette ferme agricole que nous connaissons.

En 1911 encore, la France était pour plus de la moitié rurale. Cette vie, il y a cent ans plus agricole qu’urbaine, a laissé dans notre imaginaire de comptines évocatrices, d’Une petite poule grise aux Trois petits cochons (eux-mêmes datant du XVIIIe siècle et transmis par voie orale avant d’être pour la première fois imprimés dans les Nursery Rhymes of England de James Halliwell en1886), en passant par La chèvre de Monsieur Seguin.

La Chèvre de Monsieur Seguin - Petits Contes et Classiques
Prix: 5,20 €
Prix mis à jour le 27-09-2022 à 2:13 PM.

Animaux de la ferme et domestication

Avec le Néolithique, la domestication des animaux a correspondu à l’attachement aux territoires et à la maîtrise de la reproduction biologique et du cycle de vie de certaines espèces. Ces animaux de ferme ont été domestiqués pour aider l’Homme dans certaines tâches (l’âne) ou pour le nourrir.

La domestication est d’abord apparue au Proche-Orient il y a environ 10 000 ans, avec les premiers “animaux de ferme” que furent le porc, le bœuf, le mouton et la chèvre au Proche-Orient. Elle intervint ensuite en Chine, il y a environ 9 000 ans, avec le porc, en Asie du sud-est avec la poule.

On distingue désormais les animaux de ferme selon leur destination :

  • les animaux de production de viande,
  • les animaux laitiers,
  • les animaux de volaille,
  • les animaux utilisés pour le transport et les travaux,
  • et les animaux utilisés pour le textile.

Bisous entre un lapin et une chèvre : Animaux de la ferme

Quels sont les animaux de la ferme ? Top 6

Veaux, vaches, cochons, les animaux de la ferme ne sont jamais qu’au nombre d’une dizaine (incluant ceux de la basse cour ci-dessous) :



  • la vache,
  • le cochon,
  • le cheval,
  • l’âne,
  • le mouton,
  • le lapin

Quels sont les animaux de la Basse-cour ?

Et les animaux de la basse-cour que sont  :

  • la poule et le coq,
  • le dindon
  • et le canard(ou l’oie)

Sans oublier qu’une ferme qui se respecte a presque toujours un chien.

Animaux de la ferme : le plus répandu

Au monde, l’animal de ferme le plus répandu est la poule, avec 10 milliards d’individus, qui pondent un moyenne de 500 milliards d’œufs par an. A défaut de faire encore réveil-matin, le coq sert, bien sûr, à la reproduction.

Animaux de la ferme et de la basse cour : canard, poules, dindon

Animaux de la ferme : le plus ancien

Issu du cochon sauvage (et non pas du sanglier), le cochon a été domestiqué en castrant les mâles et par l’ablation de leurs canines. Avec la domestication, le cochon a ensuite naturellement raccourci sa dentition, affiné son groin et vu sa robe virer du noir au rose jambon.

La simplicité de son élevage en a fait le premier animal de ferme au Moyen-Age en Europe. Le ministre de Louis XIV, Vauban, voyait dans le cochon un moyen d’éradiquer les famines. Un siècle plus tard, avec l’introduction de la pomme de terre, culture dédiée aux cochons, les élevages de porcs français sont devenus les plus importants d’Europe.

Tout était si bon dans le cochon, que l’on utilisait sa graisse y compris pour préparer un onguent contre les maux de dents et de savonnettes, et sa vessie servait de blague à tabac.

Animaux de la ferme, oh la vache !

Les animaux de la ferme ont joué un grand rôle dans la sélection des espèces. Domestiquées à partir du VIe siècle avant J.-C., nos vaches actuelles sont le résultat de croisements à escient, pour obtenir une meilleure production de lait et de viande.

Là aussi, décidément, les choses nous sont venues d’Angleterre : reconnu comme l’artisan de la révolution agricole Outre-Manche, l’anglais Robert Bakewell (1725-1795) a posé les bases de l’élevage tel que nous le connaissons.

Deux de ses élèves sélectionneront la race Shorthorn, qui donnera la « Durham », exportée en France. Le Second Empire est la période où le nombre de races de vaches différentes est à son apogée.

Animaux de la ferme : vache assise dans un pré

A noter que Bakewell ne préconisait pas d’élever le bétail enfermé en stabulation, mais au contraire d’irriguer les prairies et de fertiliser les pâturages afin que les vaches se mettent une bonne herbe sous la dent. Côté sélection, il aura fait se croiser des génisses à longues cornes et un taureau de Westmoreland : la race à viande “Dishley Longhorn” pesait dans les 381 kilos, contre 168 kilos pour les races non croisées.

En 1856, le Concours universel agricole de Paris est celui des premières photographies de vaches : Nadar Jeune, le frère cadet de l’illustre photographe, en immortalise 96, tout premier témoignage du genre.

Animaux de la ferme, au fait, l’abeille ?

Attention aux chiens, pour lesquels il représentent un vrai risque. Sinon, notre précieux insecte pollinisateur est aujourd’hui entré à la ferme, où il pollinise verger et potager. Et fournit du miel. Pour le fermier, la législation est celle qui s’impose à l’apiculteur.

Un très bel exemple en est la ferme biologique du Bec Hellouin, dans l’Eure, qui dispense des formations pour amateurs et professionnels.

Où voir les animaux de la ferme ?

Pour l’habitant de la ville, le Salon international de l’agriculture étant principalement une vitrine de la FNSEA, mieux vaut se rendre dans une ferme pédagogique, qui garantit un respect des animaux et permet de les voir dans leur environnement habituel.

En région parisienne, vous avez la ferme de Paris dans le bois de Vincennes ou la ferme de Gally, à Sartrouville. Désormais, les animaux de la ferme peuvent être vus dans Paris intra-muros, par exemple à la ferme pédagogique du Jardin d’Eole, dans le nord de la capitale (27 rue d’Aubervilliers) ou celle du parc Kellermann, dans le sud du XIIIe arrondissement.

Les séjours à la ferme

En France, 10 000 fermes proposent des vacances à la ferme. Cette façon d’arrondir leurs fins de mois et de faire connaître leur métier répond à un véritable engouement. Une bonne partie de ces fermes se sont organisées en réseaux labellisés, tels que “Bienvenue à la ferme”, “Accueil paysan” ou “Un lit au pré”.

Cette valorisation des campagnes est souvent associée à la découverte des lieux emblématiques environnants, le Mont-Saint-Michel ou les châteaux de la Loire, mais aussi à l’apprentissage du “manger local”, bio et de saison.

Animaux de la ferme et séjour à la fere : petite fille tenant un poulet dans ses bras

Animaux de la ferme, “La ferme préférée des français”

En 2021, les téléspectateurs français ont plébiscité la ferme du Hitton, dans le Gers, où Cécile et Manu Guichard élèvent des ânes depuis une dizaine d’années. Lait d’ânesse et savon et surtout méthodes artisanales ont séduit.
En lice, un total de 14 fermes, témoignant de la richesse du (vrai) savoir-faire de nos fermiers, du reblochon savoyard à la viande bovine de Charente, en passant par les porcs de la Haute-Corse.

En somme, s’intéresser aux animaux la ferme consiste à s’intéresser à notre patrimoine vivant. Et à entamer toute une démarche sur ce que nous mettons dans notre assiette.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page