Bien-être et santé

Pourquoi a-t-on une aménorrhée ?

Si vous n’avez pas ou plus vos menstruations alors que vous êtes en âge de les avoir, ne dites pas : bon débarras ! Vous pouvez, bien sûr, être enceinte. Mais il peut aussi s’agir d’un problème de santé, appelé aménorrhée dont il faut toujours connaître la cause.

Mieux connaître le cycle féminin…

Tout vient du cerveau ! L’hypothalamus est ce noyau relié au système nerveux central. Il agit un peu comme un centre de contrôle : en réponse aux stimuli qu’il reçoit, il fait passer ses ordres sous forme d’hormones, soit directement aux organes, soit en passant par la glande endocrine qu’est l’hypophyse.

En l’occurrence, le messager de ses ordres sont l’hormone appelée la « GnRH ». Et ces derniers passent par l’hypophyse. Celle-ci libère alors deux hormones, l’hormone lutéinisante (LH) et l’hormone folliculo stimulante (FSH).

Et nous voici aux organes : sur instruction de ces hormones, les ovaires sécrètent elles-mêmes à leur tour deux autres hormones, l’œstrogène pendant la première partie du cycle, et la progestérone pendant sa seconde partie.

L’utérus se recouvre de façon cyclique d’une muqueuse (l’endomètre), vouée à accueillir l’embryon. Faute de fécondation, cet endomètre se détruit et s’écoule : ce sont les règles.

Aménorrhée : définition

L’aménorrhée ou absence de règles correspond donc à une anomalie à l’une ou l’autre étape de tout ce petit processus. Laquelle ? Elle peut concerner depuis l’hypophyse jusqu’au vagin.

Pour tout savoir sur l'aménorrhée
Pour tout savoir sur l’aménorrhée

Si l’absence de règles est normale avant la puberté, pendant la grossesse puis l’allaitement, en cas de prise de moyen contraceptif puis dans un délai correspondant à son arrêt, et après la ménopause, elle ne l’est jamais en-dehors de ces cas de figure.

Aménorrhée primaire : chez la jeune fille

On est pubère entre 13 et 16 ans : tout dépend de son origine ethnique, familiale, mais aussi de son état de santé et de son mode d’alimentation. La puberté commence par l’apparition des caractères sexuels secondaires (développement de la poitrine, de la pilosité au pubis et sous les aisselles et du tissu adipeux aux hanches, aux fesses et aux cuisses).

Si la jeune fille est apparemment pubère, l’absence des règles peut être dû à une malformation de l’utérus ou du vagin, à une tuberculose génitale (celle-ci peut détruire l’endomètre) ou encore à une anomalie génétique : la jeune fille est en réalité un jeune garçon, elle est génétiquement XY, et n’a pas d’utérus.



Si elle présente encore un corps d’enfant, il peut tout simplement s’agir d’un retard pubertaire, ce qui est le cas le plus fréquent. Une radiographie de la main gauche permet de connaître son âge osseux « réel », différent de celui de l’état civil : s’il est inférieur à 11 ans, pas d’inquiétude, il s’agit d’un simple retard.

S’il est normal, les taux d’hormone sécrétés par l’hypophyse (la LH et la FSH) sont alors testés : s’ils sont bas, la cause est qualifiée de « haute », car elle concerne l’hypothalamus et l’hypophyse. Si ce taux est haut, la cause est « base » au sens où elle a trait à l’appareil génital.

Parmi les causes « hautes », une tumeur mais bien plus fréquemment une anorexie mentale ou une activité sportive très intense. En somme, plutôt une cause mentale, au regard de l’entrée dans sa vie féminine. En revanche, les causes « basses », sont généralement dues à une malformation congénitale.

Aménorrhée secondaire : au cours de la vie adulte

C’est l’aménorrhée la plus courante. L’aménorrhée secondaire est normale en cas de grossesse, d’allaitement, de prise d’un contraceptif hormonal, d’arrêt de celui-ci le temps que le cycle se réenclenche, et bien sûr, lors de la ménopause.

Attention tout de même, si l’aménorrhée correspond à un arrêt des règles depuis plus de trois mois, n’attendez pas autant de temps pour savoir si vous êtes enceinte. Une absence des règles de huit jours doit vous alerter.

Aménorrhée sans grossesse

Les autres cas les plus courants sont un problème utérin (par exemple, un rétrécissement du col utérin empêchant l’écoulement menstruel, celui-ci pouvant être dû à un acte chirurgical du type « cônisation » du col de l’utérus, qui consiste à supprimer des lésions du col pouvant évoluer en cancer) ou bien ovarien.

Parmi les problèmes ovariens susceptibles d’être à l’origine d’une aménorrhée, une insuffisance ovarienne précoce ou bien le syndrome des ovaires polykystiques dû à un déséquilibre hormonal.

Les causes d’aménorrhée

Aménorrhée psychogène

Autres causes très courantes, un choc psychologique (décès, divorce, perte de son emploi), un trouble du comportement alimentaire, boulimie autant qu’anorexie,

Aménorrhée des sportives

Il existe aussi certaines pratiques sportives qui interrompent les menstruations.

Pour tout savoir sur l'aménorrhée
Pour tout savoir sur l’aménorrhée

Et là, petite contradiction :  certaines disciplines sportives sont plus pointée du doigt que d’autres (culturisme, marathon). Mais selon les personnes, la compétition à haute dose provoque une très forte baisse de la production d’œstrogènes. Or, cette hormone est la garante de la solidité osseuse au féminin. Eh oui, le sport à outrance peut sérieusement fragiliser le squelette. Ce qui ne veut pas dire que le sport au féminin est mauvais. Mais il n’est pas censé jouer contre sa santé non plus.

Aménorrhée : traitement

Enfin, l’aménorrhée est-elle réversible ? Oui, dans la majorité des cas, hormis les situations évidentes (anomalie génétique, ablation de l’appareil génital et ménopause évidemment). Au cas où, bon débarras ? Les menstruations sont casse-pieds, mais elles vont tout de même de paire avec une bonne santé.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à lire d’autres sujets :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer