Animaux

Alouette, gentille alouette…

Un petit passereau très commun en France

L’alouette est un petit passereau, bien connu des enfants et essentiel dans nos contrées. Découvrez-la plus en détails !

Alouette, une espèce en péril toujours chassée

En Europe, sa population a chuté de 30% en quinze ans : chaque automne bien qu’espèce protégée, l’alouette fait l’objet de quotas de chasse que les écolos et scientifiques (le Museum National d’Histoire naturelle) estiment toujours trop en faveur des adeptes de la gibecière.

De surcroît une chasse traditionnelle à la glu, qui concerne autant l’alouette des champs que la grive et le merle noir. Un « malentendu » qui tient au fait que ces quotas se basent sur la seule mortalité naturelle de ce passereau, alors que la biodiversité de nos campagnes s’effondre.

En moyenne, 400 000 alouettes sont chaque année en France ainsi piégées, auxquelles il faut ajouter les quasiment 200 000 tuées au fusil.

Présentation de ce petit passereau

Petit passereau de la famille des Alaudidés, l’alouette regroupe en réalité 80 espèces différentes, dont celle des champs (Alauda arvensis) est représentative de nos campagnes.

Elle a le plumage brun pâle, qui lui permet de se fondre dans son environnement. De fait, elle vit au sol et en milieu ouvert : avec une prédilection pour les champs de céréales, à l’exception du maïs. Si bien qu’avec la chasse, les pesticides sont l’autre grande cause de sa mise à mal.

On assiste donc à une inversion du phénomène : avec le défrichage, l’Homme avait étendu le territoire de l’alouette en Europe et jusqu’en Asie. Aujourd’hui, l’usage des pesticides sur ce même territoire l’a mise en péril.

Un oiseau mélomane

Grisolle, tirelire ou turlutte, le chant de l’alouette a toujours fasciné : Shakespeare en fait dire à Roméo dans la chambre à coucher de Juliette, que ce n’est pas le rossignol, mais l’alouette, « messagère du matin », qui « frappe des notes si hautes la voûte du ciel au-dessus de nos têtes ».

Par ce chant qui peut durer une heure, le mâle attire la femelle, puis protège le nid, en voletant au-dessus. Celle des champs dispose d’un répertoire hors du commun, riche de 600 notes, bien ordonnées pour signifier qu’il est en colère.

Alouette, quel symbole ?

L’expression de « miroir aux alouettes » signifie que l’on s’est fait duper par une situation intentionnellement attirante en ce sens. Le miroir aux alouettes a longtemps servi aux chasseurs pour attirer les alouettes, à l’aide de bris de miroirs collés sur des bouts de bois.



Chez les Gaulois oiseau sacré, l’alouette a, chez les Romains, symbolisé… l’agriculture ! Qu’elle s’appelle Cèrès ou Demeter, elle est la messagère de bonnes nouvelles : son vol haut et sa chute vers le sol ont consacré l’alliance du ciel avec la terre.

Quel est son mode de vie ?

L’alouette se nourrit pour part d’insectes et de leurs larves (araignées, mille-pattes), de vers de terre mais aussi de graines. Pour ce faire, elle fouille le sol. Et tant qu’à faire, elle y niche, dans un trou creusé par la femelle et garni de brins d’herbe et fines racines : parfois dès le mois de février, alors qu’il y a encore de la neige.

Une nichée en moyenne deux fois l’an, que le mâle protège une fois les œufs éclos. En moins d’une quinzaine de jours, les petits quittent le nid alors qu’ils ne savent pas encore voler. Commence alors leur vie d’adulte, éminemment solitaire.

L’alouette, un oiseau migrateur

C’est un oiseau partiellement migrateur : les populations du nord de la France et de la Belgique quittent l’hiver et les champs privés de nourriture, pour le sud-ouest de la France, voire la péninsule ibérique.

Mais si on peut la retrouver dans les Pyrénées jusqu’à 2500 mètres d’altitude, jamais vous ne verrez d’alouettes en Provence, a fortiori en Corse.

Photos de l’alouette

Battant des ailes
Battant des ailes

 

Au sol, en train de nicher
Au sol, en train de nicher

Les espèces représentatives

Alouette des champs

Alauda arvensis est la nôtre. Avant-même qu’elle ne finisse en pâté (avec de la viande de cheval… ), elle ne pèse pas bien lourd : au maximum cinquante grammes, pour une taille d’un maximum de dix-neuf centimètres.

Le meilleur de l’alouette est donc à l’intérieur : car son apparence est des plus banales, avec son plumage certes strié mais brun, sa queue allongée et sa crête sur la tête.

Alouette lulu

Lullula arborea est aujourd’hui menacée de disparition : plus petite et au plumage plus roux que celle des champs, elle vit dans les landes à bruyère, et aime les coupes de bois sans pour autant vivre en forêt.

La lulu a une aire de répartition également plus septentrional que celle des champs : elle est présente en Europe orientale, le long du Danube et en Oural, et le sud de la Scandinavie. L’hiver, elle migre vers le sud : en France, elle peut alors se mêler aux alouettes des champs. Mais en réalité, elle se fait rare.

Alouette: la célèbre chanson des enfants

« Alouette, gentille alouette, alouette, je te plumerai… », la tête, le bec, le cou, les ailes, les yeux, tout y passe. La comptine est le plus grand succès de Gilles Dreu. Séquence nostalgie, en 2018, cet ex de la team « Age tendre et tête de bois » a été invité à chanter a capella son tube en Ardèche, là où il réside.

Notez, ce n’est pas de sa faute, si les alouettes sont chassées.

Pour en savoir plus

Nature et oiseaux, voici nos articles :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer