Allergie au pollen : comment la traiter naturellement ?

Le printemps est, par excellence, la saison du rhume des foins : la faute au pollen, qui voltige dans l’air. C’est le moyen de reproduction des arbres, plantes et arbustes. Le pollen est émis par les organes mâles des végétaux : il pollinise ainsi jusqu’à des kilomètres de son origine. Sauf que vous êtes sur son passage. Et peut-être avez-vous une allergie au pollen ?


En ce cas, apprenez qu’il n’y a pas un, mais trois types de pollen… le pollen des arbres (principalement des cyprès, thuyas, bouleaux, aulnes, noisetiers, chênes, châtaigniers, peupliers, saules, platanes, frênes, oliviers), celui des graminées fourragères et celui de certaines plantes herbacées, parmi lesquelles l’ambroisie.

Au total, la saison de l’allergie au pollen est longue, puisque les deux premières sont caractéristiques du printemps, la troisième de l’été jusqu’au mois d’octobre. De quoi s’en préoccuper !

Allergie au pollen : les symptômes

Le classique rhume des foins

Que vous alliez au travail ou vous promener, les symptômes sont les mêmes : crises d’éternuements, nez bouché et qui coule, les yeux qui pleurent… et le nez et la région des yeux qui vous démangent, sont les symptômes classiques de l’allergie au pollen. A cela s’ajoute une certaine fatigue.

En certains cas, l’allergie au pollen peut provoquer de l’asthme allergique, de l’urticaire, voire occasionner un choc anaphylactique. Une allergie au pollen ne doit pas s’ignorer.




Et les allergies croisées ?

Les allergies croisées sont caractéristiques de l’allergie au pollen. Ainsi, une allergie au pollen de noisetier va-t-elle de paire avec une allergie… aux noix. Voici qui semble une lapalissade, mais n’a pas toujours cette automaticité.

Tout savoir sur l'allergie au pollen
Tout savoir sur l’allergie au pollen

Le bon sens est tout de même de mise : une allergie aux graminées peut être croisée avec une allergie aux tomates, pommes de terre, melon. Mais une allergie bouleau peut aller de paire avec une allergie aux poires, abricots, noix, amandes, céleri, kiwi.

La pollution aussi

Le fait d’habiter à la campagne ou de disposer d’un verger n’a pas l’exclusivité de l’allergie au pollen. En ville, la pollution est désormais source d’allergie… au pollen ! De fait, les particules de pollution fragilisent les muqueuses nasales. De plus, elle favorise la production de protéines allergisantes.



Petits conseils, qui ne valent pas nécessairement en ville : étendre son linge à l’intérieur, préférez les activités extérieures le matin, où le pollen est moins dense. Et, mesure anti-écologique au possible, préférez la climatisation de sa voiture à l’air ambiant.

Vive l’homéopathie contre les allergies au pollen !

On n’y pense pas toujours, mais l’homéopathie est d’un excellent recours contre l’allergie au pollen : à titre préventif, dès la fin de l’hiver, elle permet de se désensibiliser à certains pollens.

Homéo allergie
Prix conseillé EUR 10,90

A titre curatif, l’homéopathie est efficace contre le rhume des foins ou rhinite allergique. Ainsi de la « Rhinallergy », homéopathie de base contre l’hypersensibilité au pollen. Cette préparation comprend l’Allium cepa, de Ambrosia, de Euphrasia officinalis et de l’Histaminum, soit les principaux principes actifs naturels anti-allergènes.

D’autres préparations homéopathiques ciblent votre allergie au pollen : ainsi du « Nux vomica » en cas de nez bouché, et l’« Euphrasia », en cas de conjonctivite.

Dans tous les cas, votre homéopathe et votre pharmacien connaissent !



Les traitements naturels

Essayez l’huile essentielle d’estragon

Riche en coumarines et en flavones, l’estragon est un excellent anti-allergène. Avant de savoir si cette huile essentielle est pour vous, versez-en deux gouttes sur un mouchoir, et respirez. Si cela est le cas, attention au soleil : l’huile essentielle d’estragon rend momentanément la peau sensible à ses rayons.

Les infusions de nos grands-mères

Il est temps de puiser dans l’herboristerie : le thym, la lavande vraie, le sureau, l’ortie, sont tous excellents contre l’allergie au pollen. Lequel choisir ?

Tout savoir sur l'allergie au pollen
Tout savoir sur l’allergie au pollen

Le thym est expectorant, la lavande désencombre les voies respiratoires, l’ortie évite les salves d’éternuements. Faites infuser une dizaine de minutes, une poignée de l’herbes qui convient le mieux, laissez refroidir, et buvez-en trois tasses par jour. Aussi simple que cela ! Avec, peut-être une préférence pour l’ortie, qui est antihistaminique.

Enfin, n’oubliez pas que le vinaigre de cidre de pomme dilué dans de l’eau, est également excellent.

Un petit conseil supplémentaire ?

En cette saison, lavez-vous les cheveux plus fréquemment, de manière à en éliminer le pollen.

Pour plus d’informations sur les allergies, consultez nos autres articles :

  • Tout savoir sur l’allergie
  • Allergie alimentaire : comment et pourquoi ?

La rédaction vous suggère ces autres articles :




Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *