Connaître l’allergie alimentaire

En vingt ans, le nombre d’allergies alimentaires a doublé. Une progression qui touche plus particulièrement les enfants. Quant à l’arachide, elle est devenue le deuxième allergène au monde. Mais qu’est réellement l’allergie alimentaire et comment vivre avec ?


Allergie alimentaire : définition & symptômes

L’allergie alimentaire est cette réaction inappropriée de notre système immunitaire à une molécule alimentaire ingérée. Nos anticorps « IgE » traduisent celle-ci comme une agression, déclenchant la libération de molécules à l’origine des réactions de l’organisme.

Si la réaction la plus fréquente est une éruption, elle varie en intensité selon les individus. Ainsi le gonflement des lèvres est connu des sujets hypersensibles à certaines substances, comme le premier symptôme d’une allergie grave, nécessitant une intervention rapide.

Allergie à quels aliments ?

Quand l’arachide détrône le lait de vache

Les œufs et le lait de vache se plaçaient sur les deux premières marches du podium des allergies. En cause, les antigènes (l’ovalbumine) du blanc de l’œuf, et la protéine du lait de vache, aliment de base des bébés.

Mieux connaître l'allergie alimentaire
Mieux connaître l’allergie alimentaire




Si le blanc d’œuf conserve la première place, l’arachide arrive désormais en deuxième position des aliments allergisants… au monde ! Elle représente un tiers des allergies alimentaires chez l’enfant, dont la cacahuète n’est pas l’aliment de base.

L’arachide se présente évidemment sous forme d’huile, mais entre dans la composition de la margarine. Sa haute résistance à la chaleur en fait un ingrédient de choix de l’industrie agro-alimentaire.

Coquillages et crustacés

Qui n’est pas allergique au plateau de fruits de mer, ne connaît pas son bonheur : le simple fait d’effleurer les antennes d’une crevette ou la queue d’un homard et consorts, déclenche à l’allergique à la « tropomyosine », un voyage du côté des urgences plus sûrement qu’aux Tropiques.

Côté poisson aussi, l’allergie a ses clients : l’antigène qu’est la « parvalbumine » crée des sensations.



Les végétaux aussi

Mais la liste s’est allongée des fruits exotiques, du kiwi au kumquat, en passant par les épices, les condiments, le soja, les noix, le sésame, le latex.

De fait, chez l’adulte, les aliments d’origine végétale arrivent en tête des allergènes : au premier chef les « latex » (bananes, avocats, châtaignes, kiwis) avant les ombellifères (céleri, fenouil, persil) et les rosacées (abricots, cerises, fraises, framboises).

L’allergie alimentaire chez le bébé

Chez l’enfant, l’œuf reste en tête (30% des allergies) devant l’arachide (25 %), le lait (8 %) et le poisson (5 %).

Chez le nourrisson, la première cause d’allergie est, bien sûr, le lait. Mais la principale raison de l’allergie enfantine et du terrain ensuite propice pour plus tard, est l’interruption de l’allaitement maternel avant six mois, puis une alimentation variée de façon prématurée.

Que faire pour limiter l’allergie alimentaire ?

En effet, la muqueuse du système digestif du jeune enfant est « work in progress » et se fragilise au contact de l’ingestion prématurée de certains aliments. Entre quatre et six mois, le bon rythme est l’introduction d’un seul aliment nouveau par semaine.




Si le fait d’avoir ses deux parents allergiques pèse sur l’hérédité, l’alimentation adaptée du nourrisson est la meilleure prévention du futur adulte. A moyen terme, manger à la cantine devient très compliqué !

A des symptômes similaires à celui de l’adulte, s’ajoutent chez le nourrisson, des troubles Orl et une cassure dans sa courbe de croissance. Pas très agréable non plus, de voir bébé avoir mal au ventre.

Quid du gluten ?

Le gluten s’ajoute à la liste des intolérances alimentaires chez le jeune enfant. Cette protéine présente dans bien des céréales (blé, orge, avoine) se retrouve dans le pain, la pâte à pizza, les pâtes, les pâtisseries, les sauces auxquelles elles donnent ce liant.

Mieux connaître l'allergie alimentaire
Mieux connaître l’allergie alimentaire

L’intolérance au gluten n’est pas une allergie : elle n’est en aucune façon une réaction du système immunitaire à une substance : nos anticorps restent tranquilles ! Bien que pouvant être à l’origine de la maladie cœliaque, l’intolérance n’a donc rien à voir avec une dangereuse allergie alimentaire.

De surcroît, alors que les allergies alimentaires progressent, les intolérances au gluten font bien plus parler d’elles qu’elle ne touchent d’individus. Elles restent très rares, quoi que certaines personnes en disent.

Lire notre dossier complet : Allergie : causes, symptômes et remèdes naturels

La rédaction du magazine Toutvert.fr vous conseille ces articles connexes sur la santé :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *