8 aliments nocifs pour la planète et pour nous-mêmes

L’aberration est de taille : la définition d’un aliment est de nourrir l’organisme pour sa croissance et son entretien, et de fournir l’énergie nécessaire à ses processus vitaux.


Or, en tête des aliments les plus consommés à travers le monde, figurent précisément des aliments nocifs pour la planète et dangereux pour la santé humaine. La nature est cohérente. Nos habitudes alimentaires, aberrantes !

Représentez-vous un simple repas composé de viande industrielle ou de poisson, de riz, d’un dessert sucré au chocolat ou bien avec cette gourmandise accompagnant un banal café. Et imaginez que neuf milliards d’êtres humains en fassent autant ! Ce n’est pourtant pas loin d’être le cas…

Et parmi toute cette nourriture, beaucoup d‘aliments nocifs à la fois pour l’environnement et la santé humaine.

La viande rouge

Commençons par le plat de résistance : depuis les années 1950, la consommation de viande a quintuplé à travers le monde, représentant 65 milliards d’animaux par an. L’élevage est aujourd’hui le principal émetteur de gaz à effet de serre devant les transports, et le principal facteur de déforestation : 70% des terres agricoles sont destinées au fourrage.




Un seul exemple : le Brésil détient le 2e plus gros cheptel de bœuf au monde… et une forêt amazonienne déforestée. Plus la demande augmente, plus l’élevage se fait intensif : quelle qualité dans l’assiette ?

Des aliments nocifs pour la planète et pour nous-mêmes
Des aliments nocifs pour la planète et pour nous-mêmes

Le poisson

Même scénario pour le poisson : en dix ans, sa consommation a triplé, augmentant plus encore que la viande. Résultat, un poisson sur deux qui se retrouve dans notre assiette est issu de l’aquaculture. En soi, le poisson est une bonne chose : il assure les protéines de 3 milliards d’individus à travers le monde. Mais l’aquaculture se concentre sur les espèces carnivores (saumon, daurade, bar, truite, turbot) nourries à partir de poissons de fourrage (anchois, sardines).

Il faut cinq kilos de poissons de fourrage pour produire un kilo de poisson d’élevage, sans compter les anti-biotiques. L’aquaculture connaît donc le même scénario que l’agriculture intensive.




A consulter: Top 15 des aliments riches en protéines (hors viande)

Le sucre

Passons au dessert… le sucre, l’ennemi de la santé est l’un des « aliments » les plus consommés au monde. Or, le sucre est l’aliment qui détruit le plus de biodiversité au monde : les 145 millions de tonnes de sucre produits chaque année dans une centaine de pays, le sont sur des terres riches en biodiversité, fortement irriguées et sujettes à l’érosion. Un cauchemar environnemental, source d’obésité puisqu’il est présent jusque dans les boissons : s’est-on jamais désaltéré avec du sucre ?

Pour votre information: Combien y a-t-il de sucre dans…?

Le chocolat

Le chocolat est en passe de subir, lui aussi, le même scénario : la demande a explosé, pour cette fève très sensible aux champignons porteurs de maladies. Si la zone intertropicale de culture du cacaoyer concerne une cinquantaine de pays, trois s’arrogent la production mondiale, la Côte d’Ivoire pour un tiers, le Ghana et l’Indonésie. Or, le cacaoyer a besoin d’espace. Résultat, déforestation et recours à des fongicides tels que le lindane, interdit en France pour sa nocivité pour la santé humaine.

L’huile de palme

Qui dit chocolat dit, hélas, parfois huile de palme : cette huile très rentable (40 kilos d’huile par an par arbre) est synonyme de déforestation intense.




Des aliments nocifs pour la planète et pour nous-mêmes
Des aliments nocifs pour la planète et pour nous-mêmes

Le café

Vous prendrez bien un café ? Le breuvage se cultive, lui aussi, sur des terres riches en biodiversité, à l’ombre des autres arbres. Mais sa culture intensive lui a ôté son ombrelle naturelle, pour préférer l’irrigation à haute dose.

Intéressant: L’autre visage du café, ce que cache notre boisson préférée

L’eau minérale

De quoi se tourner vers un simple verre d’eau. Mais la sobriété fait long feu, dès lors que l’on sait qu’il faut trois litres d’eau pour produire une bouteille d’un litre d’eau minérale : les 50 millions de bouteilles d’eau minérale vendues dans le monde équivalent au plein d’essence d’un million de voitures.

De quoi préférer boire l’eau du robinet, manger fruits et légumes bio et locaux, modérer sa consommation de protéines, ce qui évite d’accumuler les toxines : l’alimentation représente plus d’un tiers de nos émissions de gaz à effet de serre. Transformer la planète en cocotte-minute avec notre assiette, le tout au détriment de notre santé, relève proprement de l’aberration.




Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Outbrain

Comments

    • fremdel says

      exact ,faut éviter surtout si on a un cancer,trop de saloperies dans l’eau du robinet..(traitement de prostate,pilule ,metaux lourds etc..)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *