Le casse-tête des acouphènes

By Pascale

L'acouphène, insidieux et incessant

Sifflements, bourdonnements, tintamarre, vous êtes seul à les entendre : ils ne proviennent d’aucune source sonore. Un casse-tête parfois à vie. Focus sur l’acouphène.

Qu’est-ce que l’acouphène ?

En deux mots, ce sont des bruits fantômes bien réels.

Qui n’a pas eu l’oreille qui siffle : au sortir d’une boîte de nuit, à la descente d’avion après un long vol ? Mais quand il n’y a rien : et que cela dure à vie ? Les acouphènes sont ces bruits parasites, a priori sans raison.

Pas d’abeilles dans votre périmètre, pas de cocotte-minute sur le feu, rien qui siffle. Et pourtant, vous les entendez : surtout dans le silence complet. De bruit de fond, chez certaines personnes ils virent au cauchemar auditif.

Les causes de l’acouphène

Il n’y a pas vraiment d’explication physique. La cochlée est l’organe de l’audition de l’oreille interne. Ce petit os en forme d’escargot est équipé de cellules ciliées qui baignent dans un liquide, l’endolymphe.

L'acouphène, insidieux et incessant
L’acouphène, insidieux et incessant

Avant d’être interprété par le cerveau comme un message sonore, les sons sont transmis sous la forme de vibrations, qui exercent une pression physique tour à tour sur le tympan, trois petits os de l’oreille, dont le dernier, l’étrier, appuie sur la cochlée.

L’endolymphe s’en trouve compressée : les cellules ciliées enregistrent cette pression, que la cochlée transforme alors en message électrique, et transmet au cerveau via le nerf auditif.

Une malformation ou une lésion de la cochlée peuvent engendrer des acouphènes. Mais ces acouphènes « objectifs » ne représentent que 5% des cas des personnes touchées. Dans 95% des cas, les acouphènes n’ont aucune cause physique. Ils sont « subjectifs ».

Certaines oreilles plus exposées que d’autres ?

Des métiers et comportements exposent aux acouphènes : musiciens, ouvriers qui utilisent un marteau-piqueur, écouteurs MP3 vissés sur l’oreille, autant d’acouphènes d’origine traumatique, par lésion de l’oreille interne.

La prise de médicaments ototoxiques (qui provoquent des lésions de l’oreille interne) peut occasionner des acouphènes : anti-inflammatoires, traitements contre le cancer, certains antibiotiques, antipaludéens, contraception orale, antidépresseurs.

Et puis, il y a les oreilles sensibles : l’hyperacousie est une hypersensibilité aux sons modérés. D’abord liée à un traumatisme sonore, elle évolue souvent vers des acouphènes.

Et si cela ne venait pas des oreilles ?

Nos dents, à l’origine d’acouphènes ? Les métaux que sont les amalgames, couronnes et bridges peuvent générer un courant galvanique (électrique continu de basse tension), à l’origine d’acouphène.

Et toujours côté buccal, une mauvaise position de la mâchoire due à un problème dentaire peut, lui aussi, engendrer des acouphènes, à force d’étirer le tympan.

Cela vaut aussi la peine de se faire contrôler les cervicales : une mauvaise posture du rachis peut être la cause d’acouphènes. Plus tôt vous voyez un ostéopathe, mieux cela vaut : cela évite que les acouphènes ne s’installent. Et vous aurez moins mal au cou.

Quant à la médecine chinoise, elle regarde du côté du rein, de la rate et du foie. A partir du moment où la médecine allopathique déclare forfait, pourquoi s’interdire une autre approche ?

Acouphène : existe-t-il un traitement ?

La médecine classique reconnaît ne pas (encore) avoir la solution. Si les acouphènes sont de l’ordre du supportable, le conseil est de les supporter (ne pas se polariser dessus) et d’éviter les situations qui les aggravent (excès de décibels), ou les rendent gênantes (le silence complet où vous n’entendez plus qu’eux).

L'acouphène, insidieux et incessant
L’acouphène, insidieux et incessant

Si la situation est intenable, votre médecin vous prescrira anti-anxiolytiques ou antidépresseurs. Quant aux fumeurs et adeptes de l’alcool, eh oui, ils ont légitimement les oreilles qui sifflent : leur addiction n’est pas bonne non plus pour l’audition.

Mais allez savoir si les acouphènes ne seraient pas dus à une vibration permanente des ciliées de la cochlée. Encore au stade de la Recherche, les travaux s’orientent, en tous les cas, vers leur soulagement par leur inhibition, à l’instar des (autres) douleurs fantômes.

Par ailleurs, l’appli Diapason a été lancée au début de l’année 2018 : elle été mise au point par la start up « Immersive Therapy », qui regroupe des chercheurs de Centrale Supelec de Rennes, à partir des travaux de Catherine de Waele, médecin ORL. Pour l’instant, cette appli propose un parcours thérapeutique, pour s’auto-diagnostiquer et apprendre à soulager ses acouphènes. Pas encore la guérison.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous suggère de consulter les articles suivants :

Laisser un commentaire