Bien-être et santé

L’absinthe, une vraie plante médicinale

Connue depuis l’Antiquité pour ses vertus contre les maux d’estomac, l’absinthe a toujours ces propriétés : après la réputation sulfureuse de sa version alcoolisée, la plante des Alpages opère un retour en grâce.

L’absinthe (Artemisia absinthium) est une plante vivace d’altitude : dans les Alpes mais aussi en Afrique du Nord ou dans la cordillère des Andes, elle atteint régulièrement un mètre de long. Et se reconnaît à ses petites fleurs jaunes qui éclosent l’été venu, et à ses feuilles soyeuses argentées.

Les bienfaits de l’absinthe sur la santé

L’absinthe, la plante de l’appareil digestif

L’absinthe est particulièrement réputée contre les maux d’estomac : en infusion, elle soulage un état nauséeux. Elle est recommandée en cas de mal de mer et plus généralement de mal des transports. Et même si l’on ne voyage pas, mais que l’on se sent barbouillé.

L’absinthe est aussi un excellent vermifuge, notamment contre les oxyures (Enterobius vermicularis), la parasitose la plus répandue en Europe. Le petit vers blanc s’installe dans le tube digestif, de préférence celui des enfants, non sans contaminer toute la famille.

Et si l’on a des ballonnements ou d’autres troubles digestifs, l’absinthe les soulage aussi efficacement. Et elle stimule l’appétit. Il s’agit, bien sûr, d’infusion d’absinthe : deux cuillerées pour un demi-litre d’eau bouillante. Et pas plus de trois tasses par jour.

Le morceau de sucre ? Oui, l’absinthe est amère. Mieux, préférez une cuiller de miel.

Un tonifiant pour les convalescents

L’absinthe soulage aussi les règles douloureuses. Et est un très bon tonifiant naturel : fatigue ou convalescence, l’absinthe est, par exemple, une très bonne décoction en cas d’état grippal ou encore pour se rétablir d’une autre affection virale.

L’absinthe sur une plaie ou une piqûre d’insecte

Vous vous promenez en montagne et vous faites piquer par un insecte ? Cueillez des feuilles d’absinthe (de préférence au sommet) et frottez-les entre vos doigts. Appliquez sur la zone piquée. Surtout si vous êtes allergique à la piqûre d’insecte, cela vous en évitera les inconvénients.

Autre usage externe, sur une plaie qui risque de s’infecter : appliquez une décoction d’absinthe avec une compresse. Seule mise en garde, attendez que la décoction soit tiède pour ne pas vous brûler.

Découvrez l'absinthe autrement !
Découvrez l’absinthe autrement !


Les contre-indications à l’usage de l’absinthe

Abstenez-vous en cas de pathologie biliaire ou de l’appareil digestif

En cas de problème à la vésicule biliaire (calculs ou inflammation), l’absinthe favorisant la production de bile, d’affection du foie, d’ulcère à l’estomac ou au duodénum, l’absinthe n’est pas pour vous. Autant de cas qui ne relèvent pas de l’automédication.

Ou en cas d’épilepsie

De même les sujets épileptiques doivent s’abstenir. La raison : l’absinthe interagit avec les médicaments prescrits, et non pas parce qu’elle provoque des crises d’épilepsie.

Une plante à la riche histoire !

La thuyone, le principe actif de l’absinthe

La thuyone se retrouve également dans la sauge et dans le thuya : à forte concentration dans l’absinthe, dont elle représente plus de la moitié de l’huile essentielle.

Son usage médicinal depuis l’Antiquité jusqu’au XVIIIeme siècle fit place à un engouement immodéré pour l’alcool d’absinthe, au point d’assimiler la plante au spiritueux populaire.

D’où l’interdiction en France en 1915 de la « molécule folle », jusqu’à sa réhabilitation en 1988 par un décret de Michel Rocard : dans la limite de 35 mg par litre d’eau.

La Fée verte des artistes

« L’Absinthe », la peinture d’Edgar Degas est au musée d’Orsay : version alcoolisée et non moins talentueuse de la plante des Alpages ! Édouard Munch, Toulouse-Lautrec, Vincent van Gogh, Rimbaud et Verlaine, l’absinthe devient la Fée verte des artistes.

Avant 1915 pourtant, poètes et peintres ne sont pas les seuls à s’adonner au spiritueux populaire : les français en buvaient en moyenne deux litres par an. Au grand dam des viticulteurs et des adeptes de la morale et salubrité publique, alliés pour des raisons opposées.

Tout commence en Suisse à Val-de-Travers, vallée riche de plantes d’absinthe. C’est là, qu’un courtier en assurances français rencontre une rebouteuse, qui lui livre le secret de son élixir d’absinthe. Une boisson pour laquelle il s’associe avec son gendre, Henri-Louis Pernod.

La célèbre maison de spiritueux de Pontarlier dans le Doubs, voit le jour en 1798. En 1805, soit sept ans plus tard seulement, Pernod & Fils est la première distillerie française. Avec la conquête de l’Algérie, l’absinthe est réputée efficace contre la dysenterie et le paludisme.

Les officiers lui forgent sa réputation : l’absinthe colonise alors les boulevards parisiens, qui vendent vraie et absinthe frelatée, les fameux « sulfates de zinc ».

Découvrez l'absinthe autrement !
Découvrez l’absinthe autrement !

L’absinthe rend-elle toujours fou ?

En 1907, Georges Clémenceau commanda une étude sur le lien entre absinthe et folie : un quart des fous internés en asiles psychiatriques étaient absinthiques !

Folie, criminalité, violences conjugales, tuberculose, l’absinthe fut accusée de tous les maux. Et de fait, à très haute dose, l’absinthe joue sur les récepteurs du cerveau, provoquant convulsions et hallucinations. Encore faut-il en boire quelques verres.

Le site Drogue Info Services répond de façon très limpide à la question : « Effectivement, cet alcool est composé d’une molécule – la Thuyone – qui est très convulsivante et provoque, à fortes doses, des hallucinations. »

Se soulager d’un mal d’estomac avec une décoction d’absinthe a peu à voir avec la Fée verte. Et, comme en toute chose, la modération est le principe de base.

Pour en savoir plus

Découvrez d’autres plantes médicinales :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer