Vivre en autonomie complète : les conseils clés !

Vivre en autonomie signifie ne plus dépendre d’un système, être totalement indépendant, en autosuffisance.


De plus en plus de personnes sont en recherche de ce mode de vie. Mais toute notre société est liée à un système et des réseaux (eau, électricité…). Alors comment faire pour gagner cette indépendance ? Quels sont les pièges à éviter ?

L’auto-construction d’une maison

Pour vivre en autonomie, il est souvent nécessaire d’acquérir des terres. Pour être chez soi et construire une maison qui permet ce mode de vie.

Cela permet aussi de cultiver son jardin et d’avoir éventuellement quelques animaux pour l’auto-production alimentaire. On compte environ 500m² de jardin (10m × 50m) pour un foyer de 4 personnes, ajoutez ensuite la surface de la maison et des espaces verts que vous souhaitez.

Après le choix du terrain, vient le temps de l’autoconstruction, la construction dit du « gros œuvre », c’est-à-dire des murs et du toit. Le premier conseil est d’utiliser les matériaux qui se trouvent à proximité de votre construction.




Par exemple, si votre terrain est argileux, prélevez de l’argile pour faire les murs. Si vous êtes proche d’une forêt, essayez d’utiliser un maximum de bois pour la construction.

autonomie

Un excellent matériau isolant est la paille. Bien qu’un peu plus cher à l’achat que les matériaux précédents, il permet des économies de chauffage.

Si votre budget est serré, pensez aux chantiers participatifs. Des personnes viendront chez vous, vous aidez à la construction et vous donnez des conseils en échange du couvert et du gîte !




 POUR LE TOIT : Toitures végétalisées : simple mode ou solution d’avenir ?

Pour le toit, plusieurs possibilités existent : tuiles en bois, tôles ou toitures végétales. Les toitures végétales sont assez tendance et apportent une très bonne isolation.

Les tôles sont moins esthétiques mais faciles à trouver et à poser. Les tuiles en bois nécessitent un peu de travail mais ont l’avantage de pouvoir être fabriquées sur place.

Vivre en autonomie complète : les conseils clés !

La partie la plus imposante du chantier est maintenant réalisée, mais tout l’aménagement intérieur reste à organiser pour que la vie en autonomie soit la plus pratique et agréable possible : chauffage, eau, cuisine…




Puis vient l’autonomie pour le chauffage, l’eau, l’électricité…

Quand le gros du chantier est réalisé, il faut encore penser à plusieurs points, notamment l’énergie.

Le premier conseil est d’aménager son intérieur avec peu d’appareils électriques. Ensuite, il est possible d’installer des panneaux solaires ou d’avoir recours à la méthanisation, ce qui peut alimenter un groupe électrogène et donc produire de l’électricité.

UN EXEMPLE D’AUTONOMIE RÉUSSIE : La famille qui vit 100% en autonomie

Concernant l’eau, on compte environ 60m3 d’eau par personne et par an (potager compris). Il faudra donc installer des cuves de récupération d’eau de pluie de taille adaptée. Pour ces dernières préférez-les en béton ou acier qu’en plastique.

Pour traiter vos eaux usées, vous pouvez créer une petite station de phytoépuration, c’est à dire traiter l’eau par des plantes et organismes pour la rendre propre.




L’eau, ne la gaspillez pas, notamment en chasses d’eau ! Pour cela, construisez des toilettes sèches ! Un sceau, un coffrage en bois (une chaise percée par exemple), de la sciure de bois pour recouvrir, puis un compost ! Le tour est joué.

L’autonomie au quotidien

La question du chauffage est importante. Le préalable est d’avoir bien isolé la maison (mur, toit et ouvertures). Ensuite, le plus courant est d’installer un poêle à bois central qui permettra à la fois de chauffer la maison et de cuisiner.

Pour chauffer l’eau, il est possible de fabriquer un chauffe-eau solaire. Il faut recouvrir un ballon d’eau d’un revêtement sombre qui absorbe la chaleur.

La gestion des déchets est aussi primordiale pour vivre en autonomie. La solution simple est d’en produire le moins possible en consommant des produits sans emballage. Pour ce qui est des déchets organiques, un compost ou des animaux se chargeront de les faire disparaître !

INTÉRESSANT :




Comments

  1. says

    le terme totalement étant déjà un virus du verbe difficile de se dire indépendant lorsqu’on l’utilise .. et surtout lorsqu’on le retransmets ..

  2. Edmond Charbonnier says

    J’aime bien l’idée d’un toit vert. Il demandera peut-être plus d’entretien, mais il est écologique et offre une bonne isolation. L’herbe n’est jamais chaud quand on sort pieds nus. Cela aurait le même effet sur le toit. Merci des conseils !

  3. says

    J’ai entendu parler des gens qui veulent font ce type de vie. C’est vrai que c’est attirant parfois ! Il faudrait avoir des compétences avec la construction et autres choses. Bien que la maison dans la photo ne soit pas bien traditionnelle, elle est faite par quelqu’un qui sait construire les maisons. Je suis impressionné du fait que ces gens utilisent des matériaux qui se trouvent proches de la construction. C’est cool ! Merci pour le partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *