Une tour éternellement inachevée au parc de la Villette (Paris)

Depuis le 17 avril 2013, des pièces de bois sont assemblées pour former une tour gigantesque en plein cœur du parc de la Villette à Paris. Cette installation éphémère, puisqu’elle sera détruite à la fin de l’été 2013, est l’œuvre de l’artiste japonais Tadashi Kawamata. Baptisée « Collective Folie », en référence aux Folies de la Villette (petites bâtisses rouges de l’architecte Bernard Tschumi), l’artiste invite petits et grands à métamorphoser à l’infini une tour composée de pièces de bois.


Le plasticien entend construire une tour de 21 m de haut, avec l’aide et l’imagination du public. Écoliers, groupes de jeunes, riverains sont invités à participer à une série d’ateliers de construction.

DÉCOUVREZ AUSSI : Un Pavillon fabriqué à partir de briques de lait

Comme son nom l’indique, cette œuvre évoluera au gré de la « folie » des étudiants, lycées et autres habitants du quartier qui viendront au fil des semaines construire et déconstruire la tour. C’est via des « workshops » qu’ils pourront laisser libre-cours à leur envie créatrice ou destructrice afin de donner à chaque fois un nouveau visage à l’installation. Les participants peuvent ainsi venir transformer son œuvre, y ajouter des planches, construire des cabanes sur les poutrelles.

Artiste internationalement reconnu, Tadashi Kawamata intervient dans le monde entier pour réaliser des projets monumentaux à l’aide de matériaux de récupération. Urbaniste et sociologue, ses œuvres sont toujours en accord avec le site investi et le plus souvent dans une démarche participative. Des arbres de Madison Square (New York) à la Shioiri Tower (Tokyo), il a même imaginé des nids d’hirondelles géants délicatement posés sur les tubes du Centre Pompidou, à Paris.




VOIR LA VIDÉO DE PRÉSENTATION DU PROJET :

À partir de juin, les visiteurs pourront y monter les week-ends, admirer la charpente et ses excroissances oniriques ainsi que la vue depuis la deuxième terrasse, située à 12 m de haut.

LIRE AUSSI : Et Edina Tokodi inventait l’art éco-urbain

Les bois utilisés pour cette installation sont tous certifiés et labellisés FSC ou PEFC, et une fois l’opération terminée, les poutres seront données à Emmaüs Gironde qui assurera le recyclage du bois.

On peut voir ce qu’on veut dans cette tour, un chevet de cathédrale ou une falaise en bois. On se retrouve plongé dans ses émotions d’enfant.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *