Tri sélectif : les 12 positions du « Kamasutri »

Non ! Il n’y a pas de faute dans le titre ! C’est bien des 12 positions du Kamasutri dont il s’agit ! Avec beaucoup d’humour, la ville d’Angers s’est lancée dans une campagne de communication destinée aux étudiants afin de rappeler les bases du tri, mais sans tomber dans un discours moralisateur. Et c’est plutôt réussi.


Pour cette coquine campagne, le choix s’est porté sur une approche décalée usant d’humour et de dérision. Le principe : décliner une série de positions pour trieur averti. Chacune des 12 positions rappellent un geste de tri à opérer. Cela va de « La bouteille à l’envers » à « La caresse du papier », en passant par « Le comprimé retourné », « Sensations électriques », « L’extase de l’alu ».

SUR LE MÊME SUJET : Le problème de la Suède ? Elle ne produit pas assez de déchets…

Toujours dans le cadre de la campagne, des scènettes interactives se sont même déroulées devant les restaurants universitaires avec une troupe de comédiens reprenant des positions du Kamasutri, chacune d’elle étant déclenchée par la présentation d’un déchet choisi par le public.

La commune n’en est pas à son coup d’essai en la matière. Cela fait plus de dix ans que l’agglomération d’Angers Loire Métropole s’est lancée dans le tri sélectif. Mise en place de conteneurs et d’une collecte dédiée, développement des déchèteries, sensibilisation des enfants dans les écoles primaires, installation de nouveaux conteneurs enterrés qui permettent aux habitants des logements collectifs de trier leurs déchets




De plus, pour améliorer l’information des usagers sur les bons gestes de tri, des campagnes de communication sont également organisées. Déjà en 2010, une campagne clin d’œil sur le thème de la rencontre avait permis de poser un ton humoristique et décalé sur le sujet.

DÉCOUVREZ : Comment l’Afrique lutte contre les sacs en plastique

Aujourd’hui, la démarche se poursuit avec comme objectif : créer un dispositif à destination des publics étudiants, publics parmi les plus difficiles à toucher. L’agglomération angevine compte plus de 30.000 étudiants. Parfois ils ne sont là que pour quelques mois et échappent aux informations sur le tri des déchets d’après Gilles Mahé, vice-président d’Angers chargé de l’environnement.

Ainsi, grâce aux actions conduites par la ville et à l’implication des habitants, le volume des ordures restant à incinérer diminue d’année en année.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *