Tokelau, l’île qui voullait être 100% solaire

Au cœur de l’océan Pacifique, un groupe de minuscules îles s’apprêtent à établir une première mondiale. Tokelau, sous souveraineté néo-zélandaise, groupe de 3 atolls coralliens, va bientôt devenir le premier pays à fonctionner exclusivement à l’énergie solaire.


Grâce aux 4,000 panneaux solaires placés sur les 3 atolls, le projet, financé par le ministère des Affaires Étrangères et du Commerce de la Nouvelle-Zélande, va permettre d’abandonner définitivement les générateurs diesel.

DÉCOUVREZ : Agartala, première ville solaire d’Inde

Auparavant, il ne faillait pas moins de 2,000 barils de gasoil par an pour alimenter Tokelau, dont la superficie totale est inférieure à 15 km2.

Les caisses de l’Etat en seront ravies bien sûr mais c’est surtout l’environnement qui va être le grand gagnant, en cessant de vivre sous la menace de fuites toxiques de ces combustibles fossiles.




Composée de 4,032 modules pour une puissance totale équivalente à un MW, de 392 inverters et de 1,344 batteries pesant chacune 250kg, la centrale solaire a été conçue pour résister aux cyclones et doit être capable de fournir 150% des demandes d’électricité des îles Tokelau. Tout a été soigneusement étudié, même le recours à des réserves en cas de couvertures nuageuses prolongées : l’énergie nécessaire sera alors fournie par des générateurs fonctionnant à base d’huile de coco, capables de momentanément recharger les batteries.

Les autres îles du Pacifique Sud regardent ce projet pionnier avec intérêt, estimant eux-aussi que l’utilisation du diesel est coûteuse, dangereuse et sur le long terme, antiéconomique.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *