Toilettes sèches : mode d’emploi

Les toilettes sèches ont pour caractéristique principale de fonctionner sans eau. Les excréments tombent dans un réceptacle dans lequel ils sont stockés pour une durée plus ou moins longue, en fonction du modèle choisi. Il existe différentes techniques mais la plus écologique est celle qui permet d’assurer le compostage des excréments.

Pour cela, à chaque passage aux toilettes, une matière riche en carbone est ajoutée – de la sciure et des copeaux par exemple. Rassurez-vous, l’utilisation d’un mélange de copeaux/sciure neutralise presque totalement les odeurs, tout en permettant d’obtenir un rapport carbone/azote favorable au compostage et à la décomposition rapide des matières… En plus, vous économisez jusqu’à 1500 litres d’eau potable par personne et par mois.


Comment ça fonctionne ? Le récipient est un réceptacle de 30 litres, qui peut aller jusqu’à 80 litres (autonomie d’une semaine pour une famille de 2 adultes et 2 enfants) en caoutchouc ou mieux en Inox ou galva qui ne s’imprègne pas d’odeurs. À chaque passage, vous déposez 2 louches de litière prise dans une poubelle de proximité. Vous pouvez aussi prévoir une autre petite poubelle destinée à recueillir le papier ou le mettre directement dans les toilettes. Lorsque le seau est rempli, il suffit de le charger sur la brouette et de le vider sur le compost.

Toilettes sèches : mode d'emploi
Toilettes sèches : mode d’emploi

N’attendez pas que le seau soit trop lourd et trop rempli pour le vider et prévoyez votre compost bien au fond du jardin. Lorsque vous videz le seau, recouvrez avec des résidus de tonte, les déchets du jardin ou un peu de paille.

POUR ALLER PLUS LOIN : Vivre en autonomie : les conseils clés ! (1ère partie)




La construction : Même si ces toilettes peuvent s’installer absolument n’importe où dans la maison (ni arrivée d’eau, ni évacuation), un local en rez-de-chaussée avec un accès simple sur l’extérieur pour charger le seau avec une brouette est bien plus pratique ! Procurez-vous le seau avant de construire un joli caisson, sur lequel vous installerez une lunette des plus classiques. Pour faciliter l’entretien, construisez le meuble en bois et vernissez-le soigneusement avec un vernis bateau.

Toilettes sèches : mode d'emploi
Toilettes sèches : mode d’emploi

La composition de la litière est extrêmement importante pour le bon fonctionnement de vos toilettes sèches. Utilisez des déchets carbonés, présents dans tout végétal ligneux et sec, c’est-à-dire des copeaux ou «broyats» de branchages, de feuilles, de tiges ou de la sciure de bois mélangés ou non. En effet, cette litière doit absorber les liquides en excès et transformer ce contenu pour une fermentation saine. L’apport d’éléments carbonés est donc indispensable pour équilibrer l’excès d’azote contenu notamment dans les urines.

ET AUSSI : Vivre en autonomie : les conseils clés ! (2ème partie)




A proscrire : la chaux, le sable, les feuilles seules qui ne sont pas assez absorbantes ou la sciure seule qui fait de la poussière. L’idéal est un mélange de 1/3 de copeaux et de 2/3 de sciure de bois. Après chaque vidange du seau et pour démarrer le processus de compostage, il faut disposer de la litière dans le fond de la poubelle, sur une couche de 7 à 10 cm environ.

Au fil des utilisations et des vidanges, vous saurez doser l’épaisseur de cette première couche de litière. Une dose excessive donne une litière trop sèche qui se composte mal. À l’inverse, une litière dégoulinante est signe d’insuffisance de matière végétale au départ et risque de polluer.

Contactez les scieries du coin ! Copeaux et sciure sont pour eux un déchet non valorisé et ils en mettent volontiers à disposition gratuitement ou pour un coût très modique (moins de 1 €/m3). Un mètre cube de copeaux permet une autonomie de 8 à 10 semaines pour une famille de quatre personnes.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *