Smart Yard, la gestion de l’irrigation devient intelligente

Selon certains experts, les terres agricoles, y compris les simples potagers, ont une consommation hydraulique bien trop élevée, 30 à 300% supérieure à ce qui devrait être la norme. En outre, et cela au niveau planétaire, les cultures de fleurs et de plantes absorbent près de 70% de l’eau.


En ces temps de crise, de restrictions financières et d’une plus grande attention à l’environnement, il est donc également nécessaire de réduire ces gaspillages hydrauliques.

Une démarche devenue réalité aux États-Unis, plus précisément dans la petite ville de St. Helena, en Californie. Là-bas, en pleine Vallée de Napa, a été adopté le programme ‘Smart Yard’, s’appuyant sur la technologie satellitaire, permettant de contrôler les conditions météorologiques, l’état des terres et d’automatiser temps et cycles d’irrigations des terrains et des prés. « Save blue = make green » (Sauvez le bleu = soyez plus verts) proclame le message promotionnel de Smart Yard : la gestion intelligente de l’eau préserve et permet d’alimenter correctement les espaces verts.

A LIRE AUSSI : L’agro-voltaïque, qu’est-ce donc ?

Nous vous garantissons, aujourd’hui et plus encore demain, d’importantes économies de consommation, promettent les détenteurs du brevet, l’entreprise HydroPoint Data Systems. 15 dollars par mois, c’est l’unique impôt à payer par les citoyens. Un coût qui devrait être néanmoins progressivement diminué, précise l’administration locale. Le projet, bien accueilli par les résidents, protagonistes à part entière, a permis à ces derniers de prendre conscience du problème et d’y remédier immédiatement.

Le succès de cette initiative a suscité l’intérêt de nombreuses autres municipalités du pays. Une large diffusion du brevet Smart Yard est donc tout a fait envisageable dans les années à venir.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *