Sacs en plastique : bientôt la fin de leur utilisation dans l’Union européenne ?

par Corinne Dupuis le 7 février 2014

Plus de 8 milliards de sacs en plastique par an finissent en déchets sauvages. Cette réalité dévaste et asphyxie sols, mers et rivières et menacent certaines espèces animales, telles que les oiseaux. Pour stopper ce fléau, la Commission européenne a proposé, en novembre 2013, une ouverture qui inciterait les Etats membres de l’Union européenne (UE) à taxer ou interdire l’usage de sacs en plastique.

L’objectif tracé par l’UE est de réduire d’environ 80% l’utilisation des sacs à poignées d’une épaisseur inférieure à 50 microns. Plus de 90% des 100 millions de sacs en plastique, dit  « légers », distribués dans les enseignes commerciales et produits en Chine, font partis de cette catégorie.

A LIRE ÉGALEMENT : Comment l’Afrique lutte contre les sacs en plastique

Selon le commissaire à l’environnement de la Commission européenne, Janez Potocnik, il est essentiel d’ « introduire une obligation de réduction » afin de paralyser ce « problème environnemental très grave et très visible », qui encourage à la formation en haute mer d’ « un nouveau continent fait de déchets ».

Cependant, la proposition de la Commission, qui doit encore être avalisée par les ministres et le Parlement européen, accorde aux pays membres le choix des moyens, dont les restrictions à la commercialisation et les mesures de taxation.

SUR LE MÊME THÈME : Dépolluer les océans en 5 ans, le projet fou du jeune Boyan Slat

Tous les pays européens ne suivent pas la même politique. Au Danemark, par exemple, l’usage des sacs « légers » est taxé et seulement quatre sacs en plastique sont utilisés par an, en moyenne, par un habitant, contre 466 en Pologne, au Portugal et en Slovaquie.

L’Irlande est aussi une bonne élève puisque le pays a imposé une taxe de 50 centimes par sac « léger », ce qui a permis de « réduire de 92% l’utilisation des sacs en plastique jetables en un an ».

En attendant ces mesures, chaque citoyen européen reste libre de ne pas y avoir recours. A bon entendeur …

Auteur : Alexandre Pereira

{ 0 commentaires… add one now }

Laisser un commentaire


un + = 3