Remèdes naturels contre la ménopause

D’un point de vue strictement physiologique, la ménopause correspond à la cessation de toute activité hormonale des ovaires.


Un tel changement se manifeste essentiellement par la disparition du cycle menstruel, ce qui arrive, en général, autour des 5o—52 ans. Outre divers troubles physiques et une symptomatologie variable d’une femme à une autre, la ménopause induit des conséquences émotionnelles et psychologiques à ne pas sous-évaluer, mais au contraire à bien gérer.

Afin de vivre au mieux cette délicate phase de la vie, il est courant d’avoir recours aux médicaments et aux thérapies susceptibles de rétablir l’équilibre hormonal, déstabilisé par l’interruption de l’activité hormonale.

De toute évidence, le médecin de famille ou le spécialiste restent des figures de référence pour vous aider à emprunter ce nouveau chemin et à faire face aux troubles liés à la ménopause avec des traitements opportuns.

Cependant nous voudrions faire savoir à toutes les femmes qui nous lisent qu’il existe des remèdes naturels à associer, voire à substituer, aux thérapies ‘traditionnelles’.




A LIRE AUSSI : Des masques pour le visage à base de produits frais

Remèdes naturels contre la ménopause

N’oubliez pas en premier lieu que la ménopause N’EST PAS une maladie, elle ne doit donc pas être vécue avec trop d’appréhension.

La ménopause est une phase de la vie absolument naturelle et à ce titre, elle peut être envisagée en suivant des méthodes tout aussi naturelles, telles que l’adoption d’un style de vie sain, d’une alimentation équilibrée et d’une bonne activité physique.

ménopause
ménopause



Le traitement naturel peut par ailleurs être intégré, modulé ou suspendu de manière très souple, sans effet secondaire, à la différence des traitements hormonaux substitutifs (THS) qui favorisent la rétention hydrique et font grossir.

Des études scientifiques récentes montrent en outre que les estrogènes ne suffisent pas à contrôler la symptomatologie de la ménopause ; ils peuvent donc provoquer, sur le long terme, de graves problèmes vasculaires et d’hypertension d’une part, et augmenter le risque de kyste du sein et de l’utérus d’autre part.

Au contraire, les hormones d’origine végétale (fitoestrogeni et fitoprogestini) sont bien tolérées par l’organisme, stimulent les effets des estrogènes humains et ne présentent pas d’effet secondaire particulier. Elles peuvent facilement être intégrées à l’alimentation et utilisées dans des traitements très personnalises.

DÉCOUVREZ : 4 remèdes anticellulite à base d’ingrédients naturels à concocter à la maison

Généralement, le traitement phytothérapique des symptomes de la ménopause se base sur les plantes les plus riches en hormones végétales, soit le soja, le trèfle, le discorea (ou igname sauvage) et le cimicifuga.




Parmi les coadjuvants, principalement utilisés pour atténuer les effets liés à l’anxiété, l’insomnie ou la légère dépression qui surviennent parfois en période de ménopause, on trouve l’aubépine, la mélisse, la passiflore, le millepertuis et la mélatonine.

Naturellement, il est nécessaire de contrôler l’apport en sels minéraux (calcium, zinc, magnésium, fluor) et en vitamines (en particulier la vitamine D), pour prévenir l’ostéoporose.

SUR LE MÊME THÈME : 10 remèdes naturels contre le stress

Revenons un peu en arrière et arrêtons-nous sur les propriétés bénéfiques des plantes énumérées ci-dessus :

  • le soja, un légumineux connu pour ses vertus diététiques et nutritionnelles. Encore peu répandu en Occident, il est depuis toujours quotidiennement consommé en grande quantité dans les pays orientaux, où l’on observe des effets liés aux troubles de la ménopause bien moindres. Sa forte concentration en flavonoïdes (isoflavones) qui agissent sur la production et le métabolisme des hormones sexuelles le rendent indispensables pour lutter contre le vieillissement de la peau (qui subit, au cours de la ménopause, une nette perte de son élasticité) et stimuler la production de collagène ou acide hyaluronique. Seul bémol, il demeure un doute quant au lien entre soja et OGM, ce qui pourrait alors nuire à notre santé, et non la favoriser. Dans la mesure où il n’existe pas de recherche médicale définitive sur les effets des graines et des plantes manipulées génétiquement, c’est un risque dont il faut tenir compte. Le soja est l’un des principaux aliments dont sont issus les phytoestrogènes. Des études scientifiques ont prouvé que les phytoestrogènes contenus dans le soja, opportunément intégrés au régime alimentaire, s’avèrent très utiles pour lutter contre d’autres complications liées à la ménopause, telles que l’ostéoporose et l’hypercholestérolémie, dans la mesure où ils empêchent l’accumulation du mauvais cholestérol, tout en favorisant le bon cholestérol.

 LIRE AUSSI : Santé, environnement, diététique : 10 bonnes raisons de consommer bio




  • Le cimicifuga appartient lui à la famille des ranuculaceae ; il s’avère très utile pour atténuer les « bouffées de chaleur », dues essentiellement aux variations hormonales. A l’instar du soja, il ne présente pas d’effet secondaire et peut être facilement intégré à un traitement phytothérapique des troubles de la ménopause, avec effets visiblement bénéfiques après 3 à 4 semaines d’absorption. De même, le trèfle, un légumineux riche en flavonoïdes, peut être associer au soja afin d’intensifier l’apport des phytoestrogènes (à la typologie diverse) et ainsi compléter et enrichir la thérapie naturelle.
  • Mention spéciale pour l’igname sauvage (Discorea villosa) : la variété mexicaine de cette plante herbacée rampante est très intéressante. En effet, sa haute concentration en hormones végétales, en particulier en diosgénine, précurseur biologique de la progestérone, garantit un excellent équilibre hormonal. Une panacée, donc, pour lutter contre le large éventail des troubles typiques de la ménopause, tels que les bouffées de chaleur, la fatigue, l’ostéoporose, la sècheresse des muqueuses, les infections vaginales et celles des voies urinaires.

Enfin, n’oublions pas que tout traitement phytothérapique de la ménopause doit absolument s’accompagner d’une attitude mentale positive et pro-positive : ne vous laissez pas aller au découragement ; affronter cette phase délicate avec punch constitue le premier pas fondamental pour la dépasser.

La ménopause peut devenir ‘une seconde jeunesse’ : place donc à un style de vie sain et naturel, à vos passions, à la redécouverte de vos violons d’Ingres, au sport et aux promenades au grand air, à une vie sociale active, à votre apparence. Prendre soin de soi, voilà ce qui compte vraiment !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *