Recyclage au Burkina Faso : donnez une seconde vie aux sacs plastiques !

Le plastique… Un véritable fléau pour la planète. Résistant, il met plus de 100 ans avant de se dégrader. Ces ordures sont donc dangereuses pour notre écosystème. Afin de diminuer et de combattre ce type de pollution, plusieurs initiatives ont vu le jour, notamment au Burkina Faso, 183ème pays le plus pauvre du monde, sur les 186 de l’index du développement humain des Nations Unies.


A Ouagadougou, capitale du pays africain, la récupération et le recyclage des sacs plastiques sont en train d’engendrer une nouvelle forme d’économie de subsistance pour la population, puisqu’il existe déjà bon nombre de collecteurs, usines de traitement ou d’artisanat de récupération qui proposent une seconde vie aux déchets.

A LIRE ÉGALEMENT : Comment l’Afrique lutte contre les sacs en plastique

SWOP (Sachets Worodogo Ouagadougou Paagba), par exemple, est une coopérative composée de 35 femmes qui est née dans cette optique : retraiter et tresser le plastique pour créer des pièces originales à partir des ordures trouvées dans les rues de la capitale. Accompagné par l’association française « Les Filles du Facteur », ce projet génère des emplois pour de nombreuses femmes qui vivaient sous le seuil de pauvreté.

Pour Elise Vanweydeveldt, chargée de communication et du développement de l’association, en plus de promouvoir le savoir-faire artisanal et traditionnel, le ramassage et renouvellement de sacs plastiques participent également au nettoyage de notre environnement.




Voir les photos

« En France, ce n’est pas parce qu’on voit peu de déchets dans la nature qu’ils n’existent pas. Malgré la fin de la gratuité des sachets plastique dans les grandes surfaces, nous consommons aujourd’hui encore énormément de sacs jetables ! Aucun bac de tri n’est prévu pour les collecter car aucune solution durable n’a encore été identifiée. Nous avons décidés de mettre en place des points de collecte en France. Depuis 2012, nous avons récupéré plus de 12 000 sachets, emmenés par la suite dans nos bagages à Ouagadougou », commence par détailler la responsable.

ET AUSSI : « Le septième continent » : 3,43 millions de km2 de déchets flottent au large du Pacifique

Selon Elise Vanweydeveldt, la technique du crochet est simple. « Pour fabriquer un objet, on commence par collecter des sacs plastique usagés, en France et au Burkina Faso. Les sachets sont alors soigneusement nettoyés puis découpés en fines lamelles. Ces fils sont ensuite crochetés, à la main, comme vous le feriez avec de la laine. La suite n’est que perfectionnement.




Confectionner des objets, respecter les proportions et les courbes ou les angles s’acquiert avec le temps et la pratique. Après 4 ans de travail, elles utilisent d’autres points, d’autres techniques. Sur nos derniers objets, il est très difficile de se rendre compte qu’il s’agit à l’origine des sacs plastiques recyclés ! », explique la chargée de communication.

POUR EN SAVOIR PLUS : www.facteurshop.com




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *