Quelles sont les principales conséquences du changement climatique ?

Il ne fait désormais presque aucun doute que l’activité humaine, notamment l’utilisation de l’énergie fossile, a très grandement augmenté la concentration de gaz à effet de serre au sein de notre atmosphère. D’après le Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), organisme créé en 1988 par l’ONU, les causes du réchauffement climatique sont à 95% d’origine humaine.


Ce changement climatique, avéré par les scientifiques et désormais reconnu par une majorité de l’opinion public et politique, pourrait provoquer de grands changements pour notre planète, à court, moyen et long terme :

LE SAVIEZ VOUS : D’où proviennent les gaz à effet de serre ?

  • La hausse du niveau des mers : Le 5e rapport du GIEC, publié fin 2013, prévoit une hausse du niveau des mers de 29 à 82 centimètres d’ici la fin du 21e siècle, conséquence directe de la fonte des glace au Groenland et en Antarctique et de la dilatation de l’eau chaude. Si cette hausse peut paraître minime, elle menace une personne sur dix dans le monde, prévient le rapport.
  •  L’augmentation de la température des océans : Il s’agit du « plus grand changement dans le contenu énergétique de la terre », selon le GIEC. Entre 1971 et 2010, la surface des océans, soient les 75 premiers mètres, s’est réchauffée à hauteur de 0,11° par décennie, soit une augmentation de 0,44° en 40 ans.

ÉGALEMENT : Mais qu’est ce que le développement durable ?

  •  Une amplification des événements climatiques et météorologiques : La fin de siècle sera pluvieuse, explique le GIEC, qui annonce une augmentation des précipitations d’ici 2100, ainsi qu’une amplification des extrêmes. Les régions humides deviendront plus humides, et les régions sèches encore plus sèches. Ouragans, sécheresses, canicules, tempêtes et autres phénomènes météorologiques extrêmes s’amplifieront, selon les experts.
  •  Une hausse de la température : Les estimations des scientifiques concernant l’augmentation de la température terrestre varient entre + 1° et + 6° d’ici la fin du 21e siècle. Entre 2016 et 2035, le GIEC prévoit une augmentation de la température de l’air de 0,5°. Les vagues de chaleur seront alors plus fréquentes et plus fortes, et il est très probable que le nombre de nuits et de jours chauds augmente. « Pour maintenir la hausse des températures sous le seuil de deux degrés, prévient le GIEC, nous devrons réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 10% par décennie. » Si cette donnée ne change pas, les températures pourraient grimper de 3,3° à 5,5° d’ici 2100 par rapport à 1850.

ET AUSSI : Le charbon: une énergie d’avenir ?




Toutes ces nouvelles données pourraient avoir un impact gravissime sur les populations, ainsi que sur la faune et la flore. Ainsi, le réchauffement global entraînera irrémédiablement des migrations de population dont l’environnement a été altéré par ces changements. Selon un rapport de l’ONG Christian Aid, publié en 2007, 250 millions de personnes devront migrer à cause du dérèglement climatique d’ici 2050.

Le réchauffement climatique pourrait perturber, voire détruire, certains écosystèmes. La faune en Arctique, notamment l’ours polaire, son représentant le plus emblématique, est grandement menacée.

POUR EN SAVOIR PLUS : Le 5e rapport du GIEC




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *