Quand les perturbateurs endocriniens s’invitent à la maison

Générations Futures milite depuis de nombreuses années pour la prise en compte de la dangerosité des pesticides. En 2013 elle pousse un grand cri d’alerte sur la présence de perturbateurs endocriniens (PE) dans les produits finis à base de blé, que l’on sait principalement consommés par les plus jeunes et l’urgence de la prévention à faire sur le sujet.


En effet, la dangerosité de ces substances n’est plus contestable quand elle est mise à leur contact. Si les traces relevées sont en dessous des limites légales fixées, il n’en reste pas moins que les enfants ainsi que le fœtus sont les plus menacés par ces substances. Et l’ONG de rappeler que « Les modes d’action des PE sont particuliers.

SUR LE MÊME SUJET : Perturbateurs endocriniens : les jeunes veulent protéger leur fertilité !

Ainsi de faibles doses sont parfois plus actives que des doses plus fortes. Les effets des PE peuvent aussi se répercuter dans la descendance d’un individu, 2 ou 3 générations après son exposition ».

Les produits à base de blé sont les principaux aliments visés dans cette étude notamment car la consommation de céréales représente une part importante de l’alimentation des enfants. Or, parmi les céréales du petit déjeuner, pain de mie, brioches ou encore crêpes fourrées au chocolat testés, 75% des produits sont concernés !




LE SAVIEZ VOUS : Coca-cola : ses effets nocifs méconnus sur la santé et l’environnement

L’ONG souligne également que ces substances envahissent nos maisons par le biais des pesticides, acaricides, lotions et shampooings antiparasitaires et le public finit par y être exposé massivement dans son environnement quotidien. Ils sont systématiquement retrouvés dans le corps humain.

Générations Futures espère que son rapport permettra aux responsables politiques de prendre conscience qu’il est urgent de mener des actions préventives sur le sujet notamment au niveau européen qui y travaille actuellement.




Comments

  1. Del says

    Article bien intéressant sur le fond mais ne nous donne aucune indication sur comment le consommateur peut les repérer, ça n’avance donc pas à grand chose….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *