H&M, Nike, Gap : des produits toxiques retrouvés dans les vêtements pour enfants !

En 2011, Greenpeace a lancé une campagne dénonçant l’utilisation et la présence de produits chimiques dans nos vêtements. Dans le cadre de cette campagne nommée Detox, l’ONG s’intéresse aujourd’hui aux vêtements pour enfants et expose un bien triste constat.


Pour cette étude consacrée à la mode enfants, Greenpeace a étudié 82 vêtements, achetés dans 25 pays et provenant de 12 marques différentes allant du prêt-à-porter bon marché aux marques de luxe reconnues. Ces marques (American Apparel, C&A, Disney, Gap, H&M, Primark, Uniqlo, Adidas, LiNing, Nike, Puma et Burberry) font fabriquer les vêtements majoritairement en Asie du Sud-Est, dont un tiers rien qu’en Chine.

SUR LE MÊME THÈME : Quelles sont les marques qui nous habillent avec des produits toxiques ?

Les résultats des tests réalisés par les experts mandatés par l’ONG sont alarmants ! Des phtalates, de l’acide perfluorooctanoïque (PFOA), des éthoxylates de nonylphénol (NPE)… ont été retrouvés dans les vêtements, en quantité supérieure aux seuils autorisés en Europe ou aux États-Unis. Ces substances chimiques sont mises en cause dans des maladies de la thyroïde, des troubles de la fertilité et affaiblissent le système immunitaire. Ces produits sont d’autant plus toxiques qu’ils s’accumulent dans le corps humain et les enfants y sont plus vulnérables.

Greenpeace attire également l’attention sur l’ampleur des conséquences de l’utilisation de ces produits chimiques. Les enfants qui portent ces vêtements encourent des risques, mais les employés des usines de fabrication sont, eux, exposés quotidiennement à tous ces produits nocifs pour leur santé ! Il est aussi important de souligner le coût environnemental de ces pratiques : les produits chimiques sont rejetés dans la nature, ce qui pollue les sols et l’eau souvent de façon irrémédiable et touche ainsi les populations locales. L’impact est donc global !




A LIRE : 4 recettes de lessive écolo, simples et économiques !

Depuis 2011, date du lancement de la campagne Detox, Greenpeace a réussi à convaincre 19 industriels du textile (dont Burberry) à prendre de réels engagements en faveur de l’environnement et à supprimer progressivement toute substance toxique lors de la fabrication. Certaines marques ont commencé à entamer des changements notables, alors que d’autres comme Adidas ou Nike se sont contentés de belles promesses. Sans parler de Gap qui ne veut toujours pas s’engager…




Comments

  1. says

    A Fibris on distribue des vêtements et sous-vêtements bio depuis 25 ans. Croyez moi, c’est plus du militantisme que de ramasser des euros. Nombreux fréquentant les salons bio nous connaissent, mais encore.

  2. heubert says

    c’est intéressant mais ça le serait plus encore si vous nous donniez des marques qui n’utilisent pas ces produits…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *