Peintures « mange-pollution » : définition et bienfaits

S’il est un secteur où la recherche de solutions constructives, écologiques et respectueuses de l’environnement est devenue ces dernières années plus intense que jamais, c’est bien celui du bâtiment. La dernière nouveauté réside en la peinture photocatalytique (pour l’intérieur comme pour l’extérieur), un revêtement spécial ‘mange-pollution’ capable de transformer la pollution en air propre grâce à la lumière.


Un rêve pour tous, écologistes ou non, qui pourrait devenir réalité grâce à un principe d’oxydation innovant, agissant lors de son exposition à la lumière du soleil, capable de désintégrer les agents polluants présents dans l’atmosphère.

DÉCOUVREZ : En Suisse, des feux rouges écolo anti-pollution

A la base de ce principe actif fondamental se trouve le dioxyde de titane (procédé breveté) agissant comme photo-catalyseur, sous l’action de rayons ultra-violets, capable de neutraliser les principaux facteurs polluants (dioxyde d’azote, dioxyde de soufre, monoxyde de carbone, benzène, ammoniaque, formaldéhyde, particules atmosphériques PM10), issus des voitures, des usines, du chauffage domestique, pour les transformer ensuite en substances inertes et inoffensives. Ce procédé permet également d’éviter l’incrustation de la saleté, des mousses et des bactéries, qui dégradent non seulement la santé mais également l’aspect des maisons et des bâtiments.

Le Conseil national de recherche italien confirme l’efficacité de la peinture photocatalytique : un mètre carré de surface traitée avec la peinture en question permet de décomposer, en à peine une heure, 90% de la pollution présente dans 80m3 d’air.




Les champs d’application de la peinture photocatalytique sont vastes, ouvrant de nouveaux horizons intéressants. Au regard de ses caractéristiques hydrofuges, imperméables et respirantes sous l’action désagrégeante et corrosive des acides, ce type de peinture est idéal lors de restauration de façades de bâtiments ; il convient cependant également aux bâtiments neufs. On devine sans peine les innombrables applications potentielles dans le secteur de l’ingénierie civile et environnementale.

SUR LE MÊME THÈME : Paris, la pollution et les voitures!

Et ce n’est pas tout. Le principe de la photocatalyse peut s’appliquer à tous les matériaux de revêtement générique, du carreau à l’asphalte. Une révolution pour les architectes, à même alors de transformer un revêtement de céramique en un instrument capable d’améliorer la qualité de l’environnement.

Les produits photocatalytiques sont proposés par Alfa Omega, Keim, Steikos, Caparol, Marraccini, Harpo.

Un pas (concret) vers un futur à impact zéro…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *