Peinture écologique: un simple vernis ?

Vous souhaitez repeindre vos murs ou plafonds, mais sans mettre en danger votre santé? Il y a de quoi se mélanger les pinceaux parmi les marques et les labels ! Voici quelques explications pour choisir votre peinture écologique.

En un sens, voilà qui est plus clair, depuis l’an dernier, l’écolabel européen « peintures et vernis » est désormais le seul label officiel pour toute l’Europe, certifiant du respect de l’environnement. Un logo facilement identifiable – la fleur étoilée, au pistil en forme d’euro – , mais à la réalité plus nuancée. Que certifie-t-il ? Il référence diverses peintures (intérieur, extérieur, vernis, anticorrosion…), il inclut un critère pour les composés organiques semi-volatils (COSV) et l’abaissement des seuils pour les critères écologiques (COV, formaldéhyde, hydrocarbures aromatiques, volatils etc.). Un progrès, et une harmonisation qui facilite la vie des fabricants.

A LIRE: Peintures « mange pollution » : définition et bienfaits

Il n’empêche : tout ce qui est écolabel européen n’est donc ni bio, ni naturel, mais non toxique pour la santé et pour l’environnement… Nuance qui a conduit l’organisme indépendant Ecocert, à mettre au point un référentiel des produits naturels plus contraignant : émissions de COV inférieures à la réglementation européenne, et transparence de la liste des ingrédients d’une peinture. Un référentiel plus strict : depuis sa création en 2011, seuls deux fabricants – Sudlac et Natura – y sont listés. De même, également labellisée Ecocert, la marque « Pure », a été mise au point par des fabricants de peinture. Elle garantit 95% de matières premières naturelles ou d’origine naturelle, la mention de la composition des produits ainsi que les tests d’émissions de COV.

De plus, tout ce qui est certifié bio, n’est pas toujours à 100% exempt de produits chimiques : certaines peintures font le choix de garder une part d’additifs pétrochimiques, afin d’obtenir un meilleur confort d’application, un temps de séchage plus rapide ou une plus grande stabilité. Quant à la « peinture écologique », elle n’est pas nécessairement naturelle mais, contiennent très peu de COV (Composés Organiques Volatiles) : 5 g/l, alors que la réglementation autorise jusqu’à 30 g/l. Un bénéfice important pour la santé et pour l’environnement!

INTÉRESSANT: Blanc de Meudon: l’entretien au naturel

Comment choisir ? En ayant bien à l’esprit que la peinture parfaite n’existe pas : aujourd’hui, aucune peinture est non-émettrice de COV, pour la simple raison que le procédé technique n’existe pas. Quant aux peintures d’origine végétale, elles subissent aussi une transformation chimique. Mieux vaut choisir en connaissance de cause : bannir les peintures d’une qualité inférieure à celles affichant l’écolabel. Et bien lire les étiquettes !





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *