Mycélium : la partie du champignon aux vertus thérapeutiques

Mycélium : des champignons, il en existe plus de 75 000 variétés. Certains hallucinogènes ou toxiques, d’autres comestibles. Blanc, noir ou marron, le champignon est aujourd’hui dans toutes nos assiettes.


Vous ne le saviez peut-être pas, mais il a également des vertus thérapeutiques.

Mycélium : vertus thérapeutiques

Alors où se localisent ces propriétés médicinales ?

Malheureusement pas dans le fruit du champignon, si utilisé dans les recettes de cuisine, mais dans le mycélium, cet ensemble de filaments blancs, plus ou moins ramifiés, qui poussent à 10 ou 20 centimètres sous la terre et qui peuvent s’étendre sur plusieurs kilomètres carrés.

LE SAVIEZ VOUS : 12 plantes sauvages comestibles à cuisiner




« Ce sont de petits canaux, de petites racines qui vont puiser tous les éléments minéraux autour d’eux et les répartir à des centaines de mètres de distance.

Ils nourrissent les arbres et les végétaux à distance, sans avoir besoin des racines.

Un arbre peut ainsi pousser 2 fois plus vite si un champignon lui est associé », explique le docteur qui a voué plusieurs années de sa carrière à leur étude, Bruno Donatini.

Mycélium
Mycélium



Selon le spécialiste, le mycélium a le pouvoir de dégrader la cellulose, principal constituant des végétaux.

« C’est lui, en fait, qui régénère la forêt, les feuilles tombant à l’automne ainsi que les arbres morts sont digérés par le mycélium qui va transformer toute cette cellulose en sucres digestibles qu’il va transmettre aux arbres via ses nappes souterraines et permettre le renouvellement de leur sève.

Le mycélium est une incroyable usine enzymatique. C’est l’élément clef de toute végétation. Sans lui, la forêt deviendrait rapidement un désert. Il permet leur régénération », développe Bruno Donatini.

ET AUSSI : Digestion, migraine, douleur dentaire : 6 remèdes naturels à base de menthe !

Le plus grand mycélium découvert se situe dans une forêt de l’Oregan, aux Etats-Unis.




A lui seul, il couvre une superficie de 9 km2, mesure 5,5 km de diamètre et pèse plus de 100 tonnes.

Découvert en 2000, il appartient à un champignon géant, l’Armillaria ostoyae, de plus de 2400 ans, faisant de lui le plus grand organisme vivant du monde.

LA RÉDACTION DE TOUTVERT VOUS CONSEILLE AUSSI:




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *