Anti-gaspillage : « Moi Moche et Bon », un jus avec des fruits déclassés

Presser un jus avec des fruits déclassés ou invendus, voilà une idée qui a semblé naturelle à Cagri, Thomas et Séverin, trois jeunes étudiants. Frustrés de voir tant de fruits jetés aux ordures car non vendus, ils ont décidé d’agir en créant  » Moi Moche et Bon  » montrant ainsi qu’une pomme même moche à le goût de pomme !

Ces trois étudiants à l’école de management de Strasbourg avaient l’envie d’entreprendre ensemble quelque chose qui ait du sens. Séverin un des cofondateurs de Moi, Moche et Bon explique qu’il « voulait travailler avec des valeurs ». Face aux invendus croissants de la grande distribution, ils ont développé un concept pour lutter contre le gaspillage alimentaire.


A LIRE : Les discos soupes, des soirées anti-gaspi festives !

En effet, aujourd’hui si les fruits et légumes ne sont pas calibrés, bien colorés ou de forme parfaitement symétrique, ils sont écartés par les réseaux de distribution traditionnels car jugés impropres à la vente. Ainsi des tonnes de fruits et légumes comestibles se retrouvent jetés à la poubelle !

Anti-gaspillage : " Moi Moche et Bon ", un jus avec des fruits déclassés
Anti-gaspillage :  » Moi Moche et Bon « , un jus avec des fruits déclassés

Contre ce triste constat, Thomas, Séverin et Cagri ont décidé de proposer une solution ! Fabriquer et commercialiser des bons jus de pomme avec des fruits moches, normalement mis au rebut par les grandes surfaces. « Moi Moche et Bon » (la marque sous laquelle est vendu leur jus) collecte des fruits invendus qui sont ensuite transformés localement en privilégiant les circuits courts et les petites entreprises locales.




INTÉRESSANT : Gaspillage alimentaire : 6 initiatives anti-gaspi originales !

Lancé l’été dernier, la marque est déjà référencée dans 9 points de vente et 600 litres de jus ont été vendus. Fiers de leur succès, les trois amis ont des projets plein la tête pour développer leur concept : soupes ou compotes devraient voir le jour prochainement. Reste maintenant à trouver un financement (ils ont monté une campagne de crowdfunding) et des partenaires locaux pour réaliser leur objectif.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *