Le millepertuis, un antidépresseur naturel

Au Moyen Âge, il chassait aussi bien les maladies que les démons. Aujourd’hui, le millepertuis, antidépresseur naturel, s’attaque à l’anxiété et au vague à l’âme. Derrière ses bouquets de jolies fleurs jaunes se cache un pouvoir aujourd’hui bien connu. Celui-ci tient à un pigment : l’hypéricine.

Grâce à ce colorant, le millepertuis est désormais reconnu pour sa faculté à apaiser les états dépressifs légers. Il ne s’agit pas là que d’un truc de grand-mère, mais bien d’un fait établi : en Allemagne, par exemple, le millepertuis est couramment prescrit comme antidépresseur naturel.


ET AUSSI : Médecine douce : les 10 bienfaits de la sauge !

On le trouve en gélules, mais il peut tout simplement être utilisé en infusion. Consommé sur plusieurs semaines, il calme l’anxiété, aider à retrouver le sommeil et le sourire. Le « traitement » ne doit pas être interrompu brutalement. Il est déconseillé aux femmes enceintes ou qui allaitent. Naturellement, il ne faut pas espérer soigner ainsi une dépression véritable, qui nécessite le recours à un médecin.

Le millepertuis, un antidépresseur naturel
Le millepertuis, un antidépresseur naturel

On appelle aussi le millepertuis « herbe de la Saint-Jean », parce que c’est la meilleure période de l’année pour le cueillir. Avec les fleurs fraîches, on fabrique alors une huile propre à apaiser, en usage externe, la plupart des bobos. Il suffit de jeter la brassée de fleurs dans un bocal plein d’huile d’olive bio et de le laisser exposé deux mois en plein soleil.




ET CONTRE L’ANXIÉTÉ : 10 remèdes naturels

Une fois filtrée, l’huile, d’un rouge profond, soulage les brûlures, les petites plaies, les bleus, les rhumatismes et autres douleurs localisées (entorses notamment). Si vous n’avez pas de fleurs, ce macérât huileux, à la fois antiseptique, anti-inflammatoire et anesthésiant, s’achète également tout prêt. Le millepertuis ne peut pas traiter une dépression, mais un médecin, oui.

Attention toutefois car le millepertuis ne fait pas bon ménage avec certains médicaments. Si vous êtes sous traitement, ou si vous prenez la pilule, demandez conseil à votre pharmacien, voire à votre médecin.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *