Lingettes et laits de toilette pour bébé : quels sont les plus nocifs ?

Fin octobre 2013 UFC-Que-Choisir a publié une enquête sur la nocivité des lingettes et laits de toilettes pour bébés.


Les conclusions sont sans appel et montrent que la majorité de ces produits seraient potentiellement nocifs, notamment en cas d’usage quotidien, car ils contiendraient des allergènes et des toxiques.

UFC-Que-Choisir a testé 34 produits. 26 lingettes et 6 laits de toilettes sont à la source des foudres de l’association. 14 d’entre eux contiennent des allergènes en quantités significatives. Avec un taux 700 fois plus élevé que ses concurrents les moins chargés, les lingettes Eco de Naty sont les plus incriminées.

LIRE ÉGALEMENT : Les détergents les plus toxiques

Du phénoxyéthanol est également présent dans 14 lingettes et 3 laits de toilette dont celles des marques Mixa, Pampers, Klorane ou Carrefour Baby.




Utilisé comme conservateur cette substance, aux effets toxiques sur le foie, est suspectée de nuire au système reproducteur et au développement de l’enfant. Enfin, 6 lingettes contiennent certains parabènes suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.

Le bilan est donc particulièrement négatif puisque seuls 2 produits sur 34 n’ont pas fait entrer dans leur composition ces substances potentiellement nocives :

  • les lingettes classiques Bébé Cadum
  • le lait de toilette bio Natessance

Certains produits testés ont cependant une teneur relativement faible en phénoxyéthanol :

  • les lingettes Huggies, Mustela et Auchan
  • les laits de toilette Corine de Farme et Biolane

ET AUSSI : Les enfants végétariens grandissent-ils bien ?




La réglementation européenne, trop laxiste sur le sujet, ne permet pas de prendre en compte le principe de précaution que réclament les experts français de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.

A propos du phénoxyéthanol par exemple, l’ANSM recommande de limiter à 0,4% sa concentration dans les produits pour les moins de trois ans et de le bannir des produits destinés au siège. Or la moitié des produits testés en contiennent !

L’UFC-Que-Choisir presse de son côté la Commission européenne à renforcer la réglementation et les fabricants d’éliminer ces composants dangereux de leur produit.

Il est donc indispensable que les parents se montrent vigilants dans leurs choix. De plus, UFC-Que-Choisir pointent du doigt les marques qui n’hésitent pas à mettre en avant les mentions « Hypoallergénique » ou « Testé sous contrôle dermatologique » qui n’ont aucune valeur légale et sont pour le moins mal venues sur les lingettes Leclerc ou Pampers qui contiennent des quantités non négligeables d’allergènes.

Rappelons qu’avant de recourir à ces produits, l’eau et le savon restent les produits les plus sûrs.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *