Les plantes métallophytes et leurs capacités dépolluantes de métaux lourds

Les plantes métallophytes sont des plantes qui poussent sur des sols riches en métaux. Elles sont très répandues autour d’anciennes ou d’éventuelles mines. La chimiste Claude Grison s’est penchée sur le potentiel dépolluant de ces plantes et leurs possibles applications. Ce qui a débouché sur plus de 12 brevets !


Claude Grison, universitaire et chimiste, a commencé à s’intéresser aux plantes métallophytes suite à des pistes de recherches abordées avec ses étudiants. Elle a concentré ses recherches sur la phytoremédiation, c’est-à-dire l’utilisation de certaines plantes pour assurer la dépollution des eaux et sols, et en particulier sur d’anciens sites miniers.

UN SUJET SIMILAIRE : Des « machines vivantes » pour nettoyer les eaux usées

Elle s’est intéressée spécifiquement à un ancien site minier du Gard car de nombreux cas de saturnisme avaient été détectés dans les environs (le saturnisme est causé par une intoxication au plomb). Mais son projet bien que d’utilité publique est jugé trop coûteux. Elle décide alors de tenter de trouver des applications commerciales qui complèteraient les extractions de métaux lourds par les plantes.

Elle oriente alors ses recherches vers la substitution des métaux lourds par le métal contenu dans les plantes métallophytes qui extraient les métaux lourds des sols pour les stocker dans leur appareil végétatif. Elle trouve rapidement des possibilités d’application concrète, ce qui débouche sur des brevets et partenariats !




INTÉRESSANT : Rinorea Niccolifera : la plante anti-pollution

Cette méthode permet à la fois de dépolluer des sols et d’éviter des extractions minières couteuses financièrement et écologiquement. Les recherches de Claude Grison ont débouché sur la création entre autre d’insecticides non toxiques, de médicaments et de cosmétiques !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *