Les 12 plus grandes catastrophes écologiques d’origine humaine !

Que ce soit dans le secteur industriel, pétrolier ou nucléaire, en soixante ans, une dizaine de catastrophes écologiques ont provoqué des désastres considérables. Petit rappel des plus importantes :


  • 1945. Les bombes atomiques lâchées sur Nagasaki et Hiroshima, 6 et 9 août 1945 amenèrent la reddition des Japonais face aux Américains et tuèrent des dizaines de milliers de victimes innocentes. D’après, les autorités japonaises, la radioactivité due aux bombes atomiques ne serait aujourd’hui pas plus élevée que celle de la radioactivité naturelle.
  • 1956. Minamata au Japon : la ville fut le siège d’une pollution au mercure de la chaîne alimentaire des pêcheurs, qui produisit une maladie neurologique qu’on désigne depuis sous le nom de maladie de Minamata.
  • 1970. Love Canal, dans l’état de New-York (USA), est la parfaite illustration de la folie humaine. Les 21.000 tonnes de déchets toxiques enfouis dans le sol en sont la preuve criante. Aujourd’hui, la zone est toujours interdite.

LE SAVIEZ VOUS : Les 10 industries les plus polluantes au monde

  • 1971. Darvaza au Turkménistan
  • 1984. La catastrophe de Bhopal est la plus importante catastrophe industrielle à ce jour. L’explosion d’une usine de pesticides a dégagé 40 tonnes d’isocyanate de méthyle dans l’atmosphère. Bilan officiel : 3 500 morts, mais les associations de victimes dénombrent entre 20 000 et 25 000 décès.
  • 1986. L’accident nucléaire de Tchernobyl en Ukraine. Comme Hiroshima et Nagasaki, la radioactivité à tout détruit et a fait augmenter considérablement les décès et les maladies telles que cancers, leucémie…
  • 1989. Le pétrolier Exxon Valdez s’échoue sur la côte de l’Alaska et provoque une importante marée noire en déversant 40 000 tonnes de pétrole brut.
  • Le vortex de déchets (Pacifique nord) et le delta du Niger (Nigeria) de nos jours.
  • 2002. Le pétrolier Prestige fissuré déverse sur les côtes de la Galice en Espagne environ 125 tonnes de fioul par jour pendant 4 semaines. La marée noire touche les côtes de Galice, du Portugal, du Pays basque, d’Aquitaine, de Vendée, et du sud de la Bretagne.

ET AUSSI : Trafic aérien, quel impact pour l’environnement ?

  • 2006. L’affaire du Probo Koala tire son nom du pétrolier qui a déversé 600 tonnes de déchets toxiques dans la ville d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Une décision de justice a approuvé en 2009 un accord entre les plaignants ivoiriens et la société Trafigura, affréteur du Probo Koala, selon laquelle aucun lien ne peut être établi entre les déchets du Probo Koala et les décès, les fausses couches, les naissances d’enfants mort-nés, les malformations ou autres maladies graves et chroniques. De son côté, l’association Sherpa affirme qu’au moins 16 morts et plusieurs dizaines de milliers d’intoxications sont liées à cette catastrophe.
  • 2010. Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique. La marée noire en Louisiane est causée par l’explosion d’une plateforme pétrolière louée par la compagnie BP. Environ 780 millions de litres de pétrole se répandent dans le golfe du Mexique, provoquant la plus importante catastrophe de l’histoire de l’industrie pétrolière.
  • 2011. L’accident nucléaire de Fukushima au Japon (2011) remet en question la sûreté des centrales nucléaires.

A cette liste non exhaustive, nous aurions pu ajouter, le naufrage de l’Amoco Cadiz, le long des côtes bretonnes (1978). Sans oublier, l’Erika, sur ces mêmes côtes, en fin d’année 1999.

C’est bien la main de l’homme qui est à l’origine de ces catastrophes pour certaines oubliées de tous, sauf peut-être de ceux qui en ont été les victimes…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *