Le télétravail, une solution pour réduire les émissions de CO2 ?

Les nouvelles technologies de l’information, notamment le développement des bandes passantes à haut débit, permettent aujourd’hui d’envisager le travail sous un nouveau jour. Moins polluant, moins fatiguant, moins cher.


Selon l’American Sustainable Business Council (groupement d’associations professionnelles), les activités liées au travail sont responsables pour 90% de l’émission de dioxyde de carbone (CO2) et de la pollution de l’air. Le transport et les bâtiments à vocation professionnelle représentant à elles seules 75%.

Alors que 90% des salariés américains, tout secteur d’activité confondu, travaillent à plein temps depuis une entreprise, seulement 3% de la population active américaine travaille depuis son domicile.

Ce nombre, si il était de 50%, permettrait de réduire de moitié nos émissions de CO2, tout en économisant plus de 450 millions de barils de pétrole. Sans compter les centaines de milliers d’heures gaspillées dans les embouteillages. Cela reviendrait à retirer de la circulation près de 15 millions de voitures.

L’association entend renverser ce paradigme en sensibilisant les décideurs américains, au plan fédéral comme au plan local. L’association insiste également sur la nécessité de faire converger à la fois le législateur et l’industrie vers une augmentation du recours au télétravail, la création d’emploi à distance et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.




Pour le salarié, cela voudrait dire des économies de transport, de temps et une amélioration de leur condition de travail notamment grâce à un niveau de stress moins élevé.

La France, souvent considérée comme en retard dans ce domaine, est pourtant bien placée avec 14% de salariés en télétravail. Ce chiffre, avancé par les nombreuses études et comparatifs internationaux déjà réalisés, traduit un décollage important.

Le télétravail, en forte croissance depuis quelques années, est un phénomène de société qu’exprime aussi l’explosion du nombre de tiers-lieux, télécentres ou espaces de coworking : une centaine en France plus une autre centaine en projets.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *