Les ingrédients de la cuisine naturelle : le chocolat

S’il y a une passion partagée par tous et partout, c’est bien celle du chocolat ! Aliment associé à la gourmandise, on pense souvent, à tort, que sa consommation est néfaste. Pourtant, correctement dosé, il apporte de nombreux bénéfices à notre organisme.


Le chocolat est issu des fèves du cacaoyer (Theobroma cacao) ; broyées, ces dernières donnent naissance au beurre de cacao. Plus ou moins sucré, on peut y ajouter des ingrédients tels que le lait et les noisettes, ainsi que de nombreux arômes (piment, orange, cannelle, etc.).

On trouve dans le commerce tous types de chocolat, se différenciant les uns les autres par la quantité de cacao y figurant. Le chocolat blanc reste à part : il ne contient pas de poudre de fèves de cacao mais uniquement du beurre, cette substance grasse issue des fèves.

A LIRE AUSSI: Yaourt maison, nos conseils pour reussir

Connu depuis l’Antiquité (on en trouvait déjà il y a 6000 ans le long des fleuves Amazone et Orénoque), les Mayas commencèrent à le cultiver vers 1000 av. J.-C., mais à le consommer d’une manière différente de la nôtre : en effet, les Mayas l’appréciaient en  boisson salé et épicée.




Intéressons-nous maintenant à la composition nutritionnelle du chocolat. Il est constitué à 50% de glucides, de sucres simples à assimilation rapide et de lipides, en assez forte quantité dans le cas du chocolat au lait, en plus faible quantité dans le chocolat noir. Attention donc à votre consommation si vous souffrez de cholestérol.

Le chocolat contient également des protéines en quantité modeste (bien que plus élevée dans le chocolat au lait), des vitamines B et A et des sels minéraux, en particulier du phosphore et du magnésium ainsi que du calcium, du potassium et du fer, en moindre mesure.

Quelles sont les propriétés du chocolat ? Grâce aux phénols, en lutte contre les radicaux libres, l’action du vieillissement est freinée (même au niveau de la peau) et l’effet antioxydant favorisé (contre les maladies cardiovasculaires, les congestions et les artéroscléroses).

LIRE AUSSI : Ingrédients naturels : le thé




Grâce au triptophène, un acide aminé favorisant le taux de sératonine, on associe souvent chocolat et bonne humeur, ce qui en fait un antidépresseur naturel. La théobromine et, dans une moindre mesure, la caféine agissent également sur les stimulants du système nerveux : le chocolat aide donc à affronter le surmenage physique et intellectuel, favorise la concentration et facilite la pratique du sport.

Cela dit, les personnes en surpoids, souffrant de cholestérol ou de diabète ne devraient pas en abuser, le chocolat contenant du sucre et des graisses. Il en va de même pour ceux ayant régulièrement des gastrites et des ulcères, le chocolat favorisant l’augmentation de la sécrétion d’acides dans l’estomac et amplifiant donc les brûlures indésirables. Les personnes sujettes aux colites se doivent également d’être raisonnables dans leur consommation : le chocolat peut causer des inflammations, du fait de la présence d’acide oxalique. Enfin, si vous souffrez de calculs urinaires, évitez l’overdose de chocolat.

LA REDACTION DE TOUTVERT VOUS CONSEILLE AUSSI :




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *