Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens

Nombreuses sont les pratiques d’antan dont la science révèle aujourd’hui le bien-fondé alors que la société moderne avait eu tendance à les rejeter. Ces bonnes pratiques d’autrefois qui ont fait leurs preuves siècle après siècle peuvent améliorer notre quotidien. Voici une sélection d’idées à piquer aux anciens :

  • La symbiose au jardin : Si les jardins de curé mêlaient les fleurs aux légumes, c’était pour des raisons utilitaires et non esthétiques. Les racines de l’œillet d’Inde, par exemple, exsudent un cocktail fatal aux vers de terre parasites. Quant aux capucines, leur teinte orangée fortement appréciée des pucerons, et leur parfum (des dérivés du glucose) attirent tant ces insectes qu’ils se détournent des autres plantes.

Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens
Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens

  • Une peinture extérieure en piments naturels : En Suède au XVIIème siècle, pour protéger leurs maisons en bois tout en leur donnant une belle couleur rouge, les habitants de Falun conçoivent une peinture composée de scories de cuivre mélangées à de l’eau, de la farine de lin et de l’huile de lin. Au XIXème siècle, la formule est adaptée en France pour peindre les portes et les volets en utilisant des ocres naturelles à la place du cuivre. Grâce à leur opacité, ces pigments assurent une bonne protection contre les UVA et rendent le bois imputrescible. Une peinture économique et protectrice, 100 % écologique.
Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens
Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens
  • Bien isoler grâce au torchis : Du néolithique (on en a retrouvé des traces sur un site du lac de Clairvaux dans la Jura) jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le torchis a été utilisé presque partout en France, avant d’être supplanté par le ciment. Le torchis est un mélange de terre limoneuse (riche en argile), de fibres (comme la paille) et d’eau. On en redécouvre aujourd’hui tous les atouts : bon marché et facile à fabriquer à partir des ressources locales, il présente une bonne inertie thermique. Capable d’absorber dix fois son poids en eau, il est efficace également pour lutter contre l’humidité. Des stages permettent d’apprendre à le fabriquer et à le poser.
Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens
Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens
  • Pas d’entraide, pas de maison : Les villages ont longtemps reposé sur un système d’entraide, y compris pour la construction des maisons. On a ensuite recouru à des professionnels, à la fin du XIXème siècle. Après-guerre, face à la pénurie de logements, les associations Les Castors ont repris le coup de main entre voisins. « Les bénévoles s’engageaient à donner 2000 heures de leur temps en échange d’un logement », raconte Nathalie Grégoire, de la fédération des Castors de l’Ouest. Aujourd’hui, ils aident les autoconstructeurs dans leur projet.
Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens
Troc, jardin, peinture, isolation : 5 idées à piquer aux anciens
  • Le troc : Au XVème siècle, le théologien Pierre Abélard offre son enseignement contre le gite et le couvert. Les échanges monétarisés n’existent pas encore et c’est ainsi, par des opérations de trocs, que les hommes subsistent jusqu’au XVème siècle. Ils s’échangent presque tout contre un bœuf, du sel ou un service, construisant ainsi des réseaux qui reposent sur la confiance. Chez les Romains se pratiquait même le mutuum, un prêt gratuit sans intérêt, entre pères de famille. Après une mauvaise récolte, on pouvait se faire avancer par un voisin de quoi tenir jusqu’à l’année suivante. Seule obligation : rendre la même quantité. « Dans notre monde globalisé, les gens ont plus que jamais besoin d’entretenir des liens de proximité », souligne le sociologue Michel Lallement. « Un peu partout en France, on est en train de recréer des communautés de vie,». Exemple, les SEL (services d’échange local), où l’on troque des biens et des petits services. Encore plus fort, le concept québécois du café « en attente » : un client paie pour deux produits, un qu’il consomme, un autre qui reste chez le commerçant jusqu’à ce qu’une personne dans le besoin vienne le demander.



Comments

  1. aventura says

    bonjour- suis fervente de tous ce qui peut se faire sur troc de plantes graines-conseils- je suis dans le lot et garonne si je peux vous aider c’est avec plaisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *