Hôpitaux écologiques : une réalité en Allemagne !

Même les structures hospitalières pourraient être éco-compatibles. Elles pourraient par exemple utiliser l’énergie renouvelable à impact zéro aussi bien pour les activités opérationnelles que pour la gestion ordinaire des bâtiments. Elles pourraient utiliser des programmes d’automatisation et des appareils permettant la gestion intelligente des ressources. Ce qui pourrait amener à baisser les coûts, sans pour autant toucher à la qualité des services offerts aux patients.


Ne nous laissons pas abuser par le conditionnel. Nous ne parlons pas de rêves irréalisables mais d’une voie représentant l’avenir. L’exemple nous vient tout droit d‘Allemagne et plus précisément de l’hôpital Ethianum à Heidelberg, une clinique privée spécialisée en chirurgie plastique, esthétique et en médecine préventive.

Ouvert en 2010, l’hôpital suit le programme Green+Hospital, un ensemble de technologies liées à la construction de bâtiments et à la gestion d’énergie 100% renouvelable, mis au point par Siemens. Viennent s’ajouter à cela des technologies médicales efficaces et un système de communication moderne plaçant les patients en son cœur.

LIRE AUSSI : Le télétravail, une solution pour réduire les émissions de CO2 ?

Chaque lit offre des terminaux digitaux d’où les médecins peuvent consulter et mettre à jour le dossier médical (déjà prêt avant même l’arrivée du patient à l’hôpital). Chaque patient suit un parcours de soins cliniques standardisés où seule compte la pratique médicale et non le contact avec la bureaucratie.




Dans le « squelette du bâtiment », sont cachés des systèmes avancés d’automatisation des bâtiments et des générateurs d’énergie géothermique. Toutes les astuces sont bonnes pour atteindre l’objectif fixé, à savoir gérer près de 3,000 patients à l’année et réduire de 50% les dépenses énergétiques par séjour à l’hôpital.

Siemens estime que l’adoption de ce programme par toutes les unités hospitalières en Allemagne permettrait d’économiser 600 millions d’euros par an et de diminuer les émissions de CO2 de 6 millions de tonnes.

De quoi faire réfléchir les autorités des pays voisins ?




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *