Gratte-ciels et éoliennes géantes, un mariage durable

Et si ce n’était plus la ville qui fournissait du courant aux bâtiments mais l’inverse ? Grâce à des turbines éoliennes intégrées, les immeubles seraient capable d’alimenter, en partie, les zones urbaines en électricité.


Plusieurs projets du genre ont déjà vu le jour :

Inaugurée en 2010, la tour résidentielle « Strata » a été pensée en terme de développement durable. Conçu pour produire 8% de l’énergie qu’elle consomme grâce à des éoliennes intégrées au toit à 148 mètres de haut, la tour de 42 étages compte plus de 400 appartements. Les trois turbines de 19 kW et 9 mètres de diamètre qui le composent sont plus utiles en haut qu’en bas du gratte-ciel où le vent peut souffler jusqu’à 56 km/h. Leurs capacités de production sont estimées à 50 MWh par an. Développée par Brookfiled avec Hamilton Architects, la tour a couté 113 millions de livres soit 130 millions d’euros.

A LIRE AUSSI : L’éolienne, une énergie pour tous !

A Canton en Chine, la Pearl River Tower est un exemple fascinant de bâtiment à énergie positive, c’est à dire un bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. Avec ses éoliennes intégrées dans le bâti, le gratte-ciel capte le vent afin d’optimiser sa poussée sur les éoliennes faisant de ce dernier une référence en la matière.




D’autres constructions de ce type sont prévu mais encore à l’état de projet :

La ville de New Delhi, avec une population croissante et un nombre de voitures considérable, est considérée comme l’une des métropoles les plus pollués au monde. C’est avec l’objectif de lutter contre cette pollution que le projet LO2P a été conçu. De forme circulaire avec en son centre une éolienne géante, la construction a trois fonctions principales : centrale électriquecentre de recyclage et filtre à air géant. La construction de LO2P a été imaginée à partir de matériaux issus du recyclage de vieilles voitures. L’immeuble possède en outre une série de serres et de filtres rotatifs pour capturer les particules en suspension dans l’air. Ces dispositifs permettraient de purifier l’atmosphère de la ville. Enfin, la structure dispose d’un centre de recyclage. La chaleur et le dioxyde de carbone issus de son activité sont récupérés afin de cultiver les plantes, qui à leur tour produiront des bio-carburants. L’étonnante construction fera peut être partie un jour des immeubles du futur…

SUR LE MÊME THÈME : Peintures « mange-pollution » : définition et bienfaits

Autre projet aux États-Unis cette fois. Une entreprise projette de construire en Arizona un gratte-ciel culminant à 550 mètres. L’édifice centrale-électrique en forme de turbine utilisera un système de production électrique éolien innovant, basé sur la création artificielle d’une dépression thermique dont le vent produit sera évacué par des turbines situées dans la partie inférieure de la tour.

Enfin, baptisé The wind tower, cette structure aérodynamique a été imaginée par 2 architectes anglais, David Arnold et Alexa Ratzlaff, pour faire bon usage des courants et des vents dominants. En forme de spirale, elle capte les vents pour les orienter en son centre. Elle va ainsi alimenter le cœur du système, une immense turbine de 45 mètres qui devrait produire suffisamment d’énergie pour alimenter les besoins de près de 2000 résidents.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *