Foie gras : la prise de conscience des éleveurs

La belle nuit de Noël est passée, avec, comme le veut la tradition, ses tablées remplis de mets raffinés en tout genre. Parmi ces denrées, l’indéboulonnable foie gras tient chaque année une place de choix. Une évidence, dans le pays qui en est le premier consommateur et producteur (75% du foie gras mondial est produit par la France).


Mais depuis plusieurs années maintenant, les techniques de gavage pour obtenir le Graal de Noël sont de plus en plus décriées, notamment par les associations. Le 21 novembre dernier se tenait la première journée mondiale contre le foie gras, accompagnée de différents happening, notamment sur les Champs-Élysées.

ET AUSSI : Cosmétiques cruelty-free : Qu’es aquò ? Où les trouver ?

A l’occasion de cette journée, Sébastien Arsac, porte-parole de l’association L214 Éthique & Animaux, clamait à l’AFP le 6 décembre dernier « l’interdiction du gavage » en France, et ainsi prendre exemple sur d’autres pays européens qui ont mis un terme à cette technique.

Coïncidence peut-être, c’est peu de temps après ces prises de parole que le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), qui réunit producteurs et industriels de l’aliment, a fait son mea culpa. « On est peut-être allés trop loin », a annoncé Marie-Pierre Pé, déléguée générale du Comité. « Dans les années 80, 30 à 35% des foies gras venaient des pays de l’Est. Il fallait améliorer la production pour être plus compétitifs et on est peut-être allés trop loin. »




A LIRE : L’impact de la production de viande bovine sur les ressources de la planète

Le bien-être des canards a donc à cette époque été sacrifié au profit de la productivité. Parqués dans des cages individuelles, les canards ne peuvent se mouvoir ni étendre leurs ailes pendant les semaines de gavage. Des conditions adoptés par certains éleveurs,  interdites en 1999 par le Conseil de l’Europe. Les éleveurs ont encore deux ans pour s’équiper des cages collectives, désormais privilégiées.

« C’est sûr que le gavage n’est pas très romantique, alors on évitait d’en parler », avoue Marie-Pierre Pé, qui souhaite aujourd’hui la transparence sur cette technique.

Un sondage OpinionWay pour L214, publié en décembre, montrait que 44% des Français sont favorables à l’interdiction du gavage. Cette année, près de 80% des Français ont consommé du foie gras.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *