Facture énergétique : quel mode de chauffage choisir ?

Part conséquente dans le portefeuille des ménages français, le prix de l’énergie évolue à la hausse, depuis la fin du siècle dernier. Compris entre 6 et 10% des revenus d’un ménage en 2001, selon les chiffres de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), le prix de l’énergie a augmenté et représentait en 2006 entre 6 et 15% de ces revenus. Une tendance qui n’est pas prêt de s’inverser, explique l’établissement public.


ET AUSSI : Baisse de la consommation énergétique en Grande-Bretagne : victoire écologique ou recul social ?

En effet, depuis l’année 2006, le prix moyen des énergies a augmenté de 3.3% par an. La hausse devrait, hors inflation, se maintenir à 3% chaque année jusqu’en 2020, continue l’Agence.

Difficile, au vu de ces évolutions, de choisir l’énergie optimale à adopter. Afin d’y voir plus clair, l’ADEME proposait en 2013 un graphique comparant le coût des différentes énergies pour se chauffer (en centimes d’euros TTC par Kilowatt-heure, pour le mois d’août de l’année précédente) :

  • Plaquette forestière > 2,1 c€
  • Bûche 50 > 3,7 c€
  • Granulés vrac > 5,4 c€
  • Granulés sac > 5,9 c€
  • Gaz naturel > 7,47 c€
  • Fioul domestique > 9,83 c€
  • Électricité 12 kVa (Kilovoltampère) > 13,77 c€ le kWh
  • Électricité 9 kVa > 14,02 c€ le kWh
  • Propane > 14,55 c€
  • Électricité 6 kVa > 15,06 c€ le kWh
  • Gaz butane ou pétrole > 17,89 c€

LE SAVIEZ VOUS : Qu’est ce qu’un négaWatt ?




Énergies les moins onéreuses, les plaquettes forestières, bûches 50, granulés vrac et granulés sac sont également les énergies dont le prix n’a pratiquement pas évolué depuis 2007.

Enfin, sur un autre graphique évolutif, compris entre janvier 2000 et janvier 2012, on note que l’électricité est l’énergie la plus chère, mais que son coût augmente faiblement. Notamment en comparaison avec le propane en citerne.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *