DrinkPure rend n’importe quelle eau potable !

Selon l’OMS, chaque année près de 3 millions de personnes meurent de ne pas avoir accès à l’eau potable. A cause de la pollution grandissante, l’eau est contaminée et rendue impropre à la consommation dans de plus en plus d’endroits. La question de l’accès à l’eau potable se pose aujourd’hui encore davantage. DrinkPure veut apporter sa réponse.


C’est en Suisse, à l’institut de technologie ETH, qu’étudie Jeremy Nussbaumer quand il prend conscience de l’ampleur de la problématique de l’eau. Il décide donc d’essayer de trouver une solution dans le cadre de ses études d’ingénierie. Il crée ainsi le dispositif DrinkPure, appuyé dans ses recherches par ses professeurs.

A LIRE : Filtrer l’eau du robinet : quelles solutions choisir ?

Sa volonté était de créer un petit appareil simple d’utilisation, solide, réutilisable et très fiable. PureDrink est donc un embout à visser sur une bouteille en plastique qui peut être utilisé pendant un an et dont les filtres se changent pour allonger indéfiniment sa durée de vie.

Dans cet embout  sont contenus 3 filtres que l’eau impropre à la consommation traverse successivement pour devenir potable. Le premier filtre retient les plus grosses particules et débris, le second est une couche de charbon actif qui se charge des métaux lourds et substances chimiques et enfin le dernier décharge l’eau des bactéries pathogènes. En quelques secondes l’eau devient potable !




En plus cet embout est très simple à utiliser, il suffit de disposer d’une quelconque bouteille en plastique vide, la remplir d’eau non potable, visser DrinkPure à la place du bouchon et appuyer sur les parois pour boire l’eau devenue potable !

UNE AUTRE INNOVATION : La douche sans eau (ou presque) !

DrinkPure peut être utilisé en voyages, en randonnées, mais il est avant tout destiné à l’humanitaire pour les populations pauvres n’ayant pas d’accès à l’eau potable. Pour financer la fabrication à grande échelle et l’acheminement, Jeremy Nussbaumer s’est naturellement tourné vers le financement participatif via la plateforme Indiegogo. Son projet a attiré l’attention de nombreux donateurs et a été très largement soutenu puisqu’il a récolté 74 166 dollars alors qu’il n’en demandait de 40 000 !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *