OGM : le continent américain reste le premier cultivateur

En 2012, les États-Unis restaient largement en première place parmi les pays producteurs d’OGM (Organisme génétiquement modifié). Mais la guerre des chiffres concernant la culture d’OGM semble loin d’être finie. En cause : le choix du référentiel pour déterminer la proportion de cettes cultures dans le monde.


Selon l’Isaaa (International Service for the Acquisition of Agri-biotech), qui est favorable au développement des OGM dans les pays du Sud, 170,3 millions d’hectares étaient cultivés avec des plantes génétiquement modifiées (PGM) en 2012, soit une hausse de 6,4% par rapport à 2011. Ainsi, les PGM correspondent à 11,3% des terres arables dans le monde.

SUR LE MÊME THÈME : Souveraineté alimentaire ou pourquoi lutter contre l’utilisation des graines OGM

Cependant, ce chiffre ne prend pas en compte les surfaces de prairies permanentes qui servent à alimenter le bétail. Or, Inf’OGM rappelle que les plantes génétiquement modifiées les plus cultivées sont essentiellement utilisées comme nourriture dans l’élevage. En incluant ces prairies, la part des PGM descend à 3,4%.

Pour aller plus loin, la FAO (Food and Agriculture Organization), organisme des Nations Unies, considère que la superficie agricole est égale à la somme de la superficie des terres arables, des terres sous cultures permanentes, et des prairies et pâturages permanents. En tenant compte de l’ensemble des terres utiles à l’alimentation ‒ comme les forêts ‒, la part de PGM se réduit à 1,9%.




Parmi les pays producteurs d’OGM, une donnée ne change pas : le continent américain demeure largement en tête. Les États-Unis, le Brésil, l’Argentine, et le Canada cultivent à eux seuls 83,4% des PGM mondiales, selon les données d’Inf’OGM.

Pour donner un ordre d’idée, la surface cultivée en PGM aux États-Unis représente près du double de celle au Brésil, près du triple de celle de l’Argentine, et près de six fois celle du Canada.

A LIRE AUSSI : Comment Monsanto a mis les OGM au-dessus de la loi aux États-Unis

En termes de terres cultivées avec des PGM, l’Asie suit le continent américain. L’Inde a bondi de 3,8 millions d’hectares en 2006 à 10,8 millions en 2012.

L’Union européenne, quant à elle, produit 0,08% de l’ensemble des PGM mondiales, et 90% de ces terres européennes de PGM se situent en Espagne. Le 13 décembre 2013, le Conseil européen de l’environnement devra d’ailleurs discuter du processus d’autorisation de la culture des OGM.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *