Comment l’Afrique lutte contre les sacs en plastique

par Alexandre le 11 janvier 2013

La Mauritanie et le Mali, après d’autres, ont interdit, le 1er janvier 2013, la production, la détention, l’importation, la commercialisation et l’utilisation de sacs en plastique. Ces mesures, si elles paraissent drastiques, sont à la hauteur du fléau. 500 milliards. C’est le nombre de sacs qui seraient consommés chaque année sur la planète d’après l’association anglo-saxonne « Reuse it ».

D’autres pays comme l’Afrique du sud, l’Érythrée, le Gabon, l’Ouganda, le Rwanda, la Tanzanie, et le Kenya mènent depuis plusieurs années le même combat.

Mais l’efficacité des mesures prises est parfois questionnée. Au Togo par exemple où ces sacs sont interdits depuis début 2011. Plusieurs observateurs notent que les interdictions ne sont pas toujours appliquées. Michel Loubry, représentant de PlasticsEurope (syndicat européen des producteurs de plastique), plaide pour un système de collecte et de traitement des déchets jugé plus efficace.

Il faut donc parfois sortir des sentiers battus pour que ça marche.

C’est ce qu’a fait le Burkina Faso ou les poches en plastique accrochées aux arbres, aux buissons et aux clôtures cernent la plupart des agglomérations depuis 20 ans. Pour remédier au problème, les autorités ont organisé dans la capitale (Ouagadougou) un concours intitulé « zéro sachet plastique ». Le principe: les habitants ayant ramassé le plus de sacs plastiques dans leur commune se verront récompensé. L’opération est un succès. Près de 6200 citoyens participe à cette première édition.

Une cérémonie est organisée pour l’occasion en présence du ministre de l’Environnement Jean Couldiaty. La récompense revient à la commune de Bogodogo pour avoir récolté plus de 90 tonnes de déchets plastiques. Elle a reçu une somme de deux millions de FCFA (environ 3000 euros), 500 000 FCFA en espèces et du matériel tel que des charrettes, brouettes, râteaux et poubelles.

Au total, l’opération aura permis de collecter près de 350 tonnes de déchets plastiques. Confinés au Centre de traitement et de valorisation des déchets de Ouagadougou, l’achat des déchets a permis de distribuer 25 millions de FCFA (38 000 euros) aux populations les plus défavorisées et aux participants de la collecte du concours.

Une initiative publique originale qui a porté ses fruits !

{ 2 commentaires… read them below or ajouter une }

Medi février 7, 2014 à 11:07

Il faut combattre ces plastiques sans distinctions aucune

Répondre

pacemaker mai 25, 2014 à 5:18

Bonjour ,
ici,au Maroc ,prenons l’exemple,il y a du boulot

Répondre

Laisser un commentaire


huit + 1 =