Les bienfaits des transports en commun

Prendre les transports en commun a beaucoup d’avantages. Et peu de contre-indications. Et pourtant, beaucoup d’entre nous préfèrent encore et toujours recourir à leur voiture, sous divers prétextes (éloignement des stations, manque de sécurité, lenteur des transports, maigre fiabilité, manque de confort, etc…).


Des enquêtes menées un peu partout dans le monde attestent pourtant du fait suivant : il vaut mieux emprunter les transports publics que privés.

Sur la balance des avantages, autobus, trains et avions l’emportent largement. Le gagnant n’est pas seulement le citoyen, mais également (et surtout) la collectivité.

A LIRE : Bikenomics : quand le vélo fait du bien à l’économie

En effet, voyager en transport en commun améliore le trafic, réduit la congestion et permet d’émettre moins de substances polluantes dans l’air. Aux États-Unis, il serait ainsi possible d’économiser 1,5 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an en réduisant la consommation de carburant, en particulier de gasoil. Autre avantage, la diminution de la pollution sonore.




Les transports en commun s’adressent à tous, étudiants, adultes, personnes âgées ou à mobilité réduite, sans limitation quelconque. Et là aussi, on peut économiser beaucoup. Toujours aux États-Unis, on a ainsi calculé qu’une famille de classe moyenne qui utilise principalement les transports publics économise près de 6,200 dollars par an (environ 5,000 euros) sur ses dépenses courantes.

ET AUSSI : Un kilomètre à vélo et la société fait des économies ; un kilomètre en voiture et elle grève son budget : proverbe danois

Voyager en transports en commun est moins stressant et oblige à pratiquer un minimum d’exercice physique, d’où un meilleur équilibre psychophysique.

L‘aspect sécuritaire ? Un autobus est considéré comme étant 79 fois plus sûr qu’une voiture. Les trains et les métros le sont encore bien davantage.




Les points positifs sont donc nombreux. Et pourtant, notre modèle culturel est fortement individualiste, emprunt d’habitudes prises très tôt, à laquelle s’ajoute une certaine défiance à l’encontre des réseaux de transport urbain, tant sur le plan de l’efficacité que de son adéquation.

C’est en ce sens que des efforts doivent être réalisés : les autorités ont le devoir de développer une mobilité plus intelligente, plus propre, sans gaspillage.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *