L’armoise, une plante médicinale déjà connue des Gaulois

Frottez de l’armoise entre vos mains, elles sentiront l’absinthe.

Armoise: cette plante au feuillage rameux pouvant atteindre deux mètres de haut, jonche nos plate-bandes, terrains vagues et autre sols riches en azote, au point de la classer parmi les mauvaises herbes.


A tort, elle est l’alliée des femmes, mais pas seulement.

L’armoise commune (Artemisia vulgaris ou Armoise citronnelle) était déjà connue des Gaulois sous le nom de « ponema », pour soigner le ventre féminin.

L’armoise doit, du reste, son nom à la déesse Artémis ou Diane, selon que l’on se réfère à la mythologie grecque ou romaine. Réputée farouche avec son inséparable carquois, elle est la déesse des grands moments de la vie des femmes, de la naissance à la puberté et l’accouchement.

Découvrez-les: 5 femmes écolos, 5 combats pour le climat




armoise

Une plante aux nombreux atouts

Mais l’armoise n’est pas l’exclusivité du ventre féminin ! Son amertume en fait un excellent remède des troubles digestifs.

Elle est à la fois :

  • diurétique
  • vermifuge
  • antifongique
  • et antibactérienne

En un mot, elle purge le système digestif et soulage des troubles tels que les diarrhées, spasmes et flatulences, et ouvre l’appétit en stimulant la production d’acidité par la vésicule biliaire.




Quant au ventre féminin, l’armoise est de longue date réputée pour soulager les dysménorrhées (les douleurs précédant les règles) et les aménorrhées (absences de règles).

Elle est aussi très efficace pour en finir avec les infections urinaires.

L'armoise, déjà connue des Gaulois !
L’armoise, déjà connue des Gaulois !

Comment la consommer?

Cette plante ne fait pas que nettoyer : elle est également très utile en cas de rétention d’eau.

Autant d’usages internes, soit sous forme de gélules, soit de décoctions.




En usage externe, des massages d’armoise en huile essentielle apaisent, une fois de plus, les douleurs au ventre, mais aussi les crampes musculaires et articulaires.

Enfin, l’armoise active aussi la circulation sanguine : elle est recommandée contre les varices et les risques de phlébite.

Et aussi: Alchémille : Une plante « féminine » à redécouvrir, bienfaits et propriétés

Armoise  : précaution

Elle contient parmi ses principes actifs, la thuyone, qui a fait sa vilaine réputation à l’époque de l’absinthe.

Mais la question n’est pas de se prendre pour Verlaine ou Baudelaire : hormis cela, pas de risque majeur !

Plutôt que de compter sur elle pour développer votre verve poétique, songez plutôt à l’associer à du gingembre ou, si vous avez mal au foie, à de l’artichaut.

LA RÉDACTION DE TOUTVERT VOUS CONSEILLE AUSSI:




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *